Ma France je t'aime

Accueil

Développement de la médecine en France

Médecine et société

La médecine est « une science sociale, et la politique n’est rien d’autre que de la médecine à grande échelle », écrivait Rudolf Virchow en 1848, l’année de la révolution qui a balayé toute l’Europe. Le fait que ce soit aussi l’année d’une épidémie de choléra n’est pas une simple coïncidence, car le choléra et la révolte sociale sont souvent allés de pair au cours du XIXe siècle. Virchow, cependant, n’est pas le seul à avoir observé que la présence de la maladie épidémique faisait directement référence aux déséquilibres sociaux. Le choléra n’a été que l’un des catalyseurs des réformes sociales, médicales et de santé publique de ce siècle, mais sa fréquence même a sensibilisé l’opinion publique à de nombreuses questions fondamentales, notamment la relation entre la maladie et la misère sociale, le rôle de l’État dans la prévention et le traitement des maladies dangereuses, et la légitimité de la classe médicale à exiger la confiance du public. Ces questions seront notamment abordées en ce qui concerne la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et les États-Unis.

1. La médecine dans une société en mutation loin de l’abdominoplastie d’aujourd’hui en 2020

Au cours du XIXe siècle, la société occidentale a connu une transformation radicale. Au moment de la Révolution française, l’Europe était encore essentiellement rurale. Il fallait trois jours pour aller de Londres à Paris, et même plus si les routes étaient boueuses et la mer agitée. L’agriculture reste la principale occupation et, bien que la révolution industrielle soit fermement ancrée en Grande-Bretagne, son impact sur le reste de l’Europe ou outre-mer est très modeste. La mortalité annuelle peut encore fluctuer fortement et la dernière crise de subsistance à l’échelle européenne a eu lieu en 1817. Les taux de mortalité nationaux ne pouvaient cependant pas être plus que de simples estimations ; ce n’est qu’à ce moment-là, et dans certains pays seulement, que le recensement de la population a commencé, et le bureau d’état civil pour l’enregistrement des naissances et des décès n’avait pas encore été créé. L’augmentation de la population qui caractérisera la modernité est en cours, même si Thomas R. Malthus, dans son Essai sur le principe de population (1798), a remis en question la vieille croyance selon laquelle une population plus nombreuse est un avantage social et politique incontestable pour un pays.
Les personnes travaillant dans le domaine de la médecine occupaient une position ambivalente pendant cette période. La division hiérarchique de l’ordre médical en médecins, chirurgiens et pharmaciens – ou leurs variantes – reflète les structures qui, dans la société, s’articulent avec une définition formelle plus claire, même si la Révolution française s’est regroupée autour de la devise Liberté, Fraternité, Égalité et qu’aux États-Unis, la « démocratie » n’est pas considérée comme un mot répréhensible. Individuellement, certains médecins et, moins souvent, des chirurgiens et des pharmaciens ont atteint des positions respectables et socialement influentes. La mort de la jeune Marie-François-Xavier Bichat en 1802, par exemple, a provoqué une grande tristesse au-delà même des cercles professionnels étroits, et des médecins comme Johann Peter Frank, Christoph Wilhelm Hufeland et William Heberden ont pu être admis dans les cercles les plus exclusifs. Mais en même temps, ceux qui ont réussi à obtenir le succès le doivent souvent à une forme de patronage ou de népotisme ; même la carrière de René-Théophile-Hyacinthe Laënnec a été fortement influencée par l’évolution des situations politiques.
Malgré l’histoire vénérable de nombreuses organisations professionnelles, telles que les collèges royaux et les académies royales, les niveaux de compétence et le comportement des médecins dans l’exercice de la profession ne pouvaient pas être contrôlés, surtout en dehors des grandes villes, et les patients étaient souvent obligés de choisir les personnes à soigner sur la base de rapports informels ou de la réputation locale. La médecine de l’Ancien Régime était décrite comme dominée par le patient, d’autant plus que les frontières entre les connaissances du profane et celles des médecins étaient pratiquement indistinctes. Dans de nombreux endroits, la pratique de la médecine était dominée par la logique du marché local, les médecins parlant volontiers de leurs « affaires » et les « charlatans » se disputant les « habitués ». Même dans un pays comme la France, où l’activité des charlatans est réglementée, la Révolution a dû compter, même si c’était pour une courte période, avec la maxime « chacun est son propre médecin ». Dans les grandes maisons de campagne anglaises, on laissait entrer les médecins par l’entrée réservée aux fournisseurs, et les satires et caricaturistes trouvaient du matériel en abondance dans leurs pompes et leurs sycomères.
La société a changé, tout comme ses structures et ses institutions médicales. L’industrialisation a transformé le paysage humain et environnemental, accélérant la croissance des villes et créant de nouveaux types de relations entre les travailleurs et leurs employeurs. Les bateaux à vapeur ont commencé à apparaître dans la première décennie du siècle, et l’avènement des chemins de fer dans les années 1930 a réduit les temps de voyage à la limite de l’incroyable ; le télégraphe est apparu encore plus miraculeux : le journal du matin pouvait rapporter les nouvelles de la veille depuis pratiquement n’importe où dans le monde. Les nouvelles méthodes d’impression ont considérablement réduit le prix des livres et des magazines et ont conduit à l’émergence d’un nouveau lectorat important. L’éclairage électrique et l’eau courante fournis en permanence ont contribué à améliorer le niveau de vie de la population.
C’est de cette manière, et de bien d’autres, que la science et la technologie ont fusionné tout au long du siècle et ont produit notre monde moderne. Le XIXe siècle est considéré comme le siècle de la montée de la bourgeoisie, ou des professions, ou des masses, mais il ne fait aucun doute que le monde physique et social de l’Europe, et de ses colonies, changeait radicalement. Ces changements se sont également reflétés dans la catégorie des médecins qui, comme d’autres groupes professionnels respectables, ont acquis une identité collective plus précise à la fin du siècle. L’enseignement qui leur était donné était très différent de celui reçu par les générations précédentes, à l’égard desquelles ils avaient également acquis de nouvelles compétences dans la sphère publique. Leurs représentants les plus prestigieux, tels que Virchow, Louis Pasteur, Robert Koch et Joseph Lister, étaient des personnalités de renommée internationale, créées en partie par les nouveaux médias et en partie par les succès et les promesses d’une médecine (et d’une chirurgie) basée sur l’application de la science et de la technologie. La profession médicale reste généralement surpeuplée, ce qui entraîne une concurrence permanente au sein de la profession et une grande disparité des revenus. Néanmoins, leurs revendications ont été plus facilement prises en compte par les pouvoirs publics, et la place de la médecine dans le tissu social a été plus sûre et mieux définie qu’elle ne l’avait été un siècle auparavant.

2. Monopole et profession médicale libérale

Deux éléments caractérisent avant tout les professionnels de la santé de l’ère moderne : les connaissances réservées aux initiés et les codes de conduite. La connaissance leur donne le droit à l’autonomie et à la régulation interne, car les « profanes » ne sont pas compétents pour les juger, puisqu’ils n’ont pas la formation nécessaire. Un comportement désintéressé garantit que la société bénéficie de leur activité. Les médecins ont à cœur l’intérêt du patient et méritent donc la confiance de la société ; Sir William B. Osler a fait remarquer que la profession médicale se distinguait de toutes les autres par sa charité unique. Une représentation alternative de la reconstruction de ce scénario historique est inspirée de la blague de George B. Shaw, selon qui « toutes les professions sont des conspirations contre le profane » et s’intéressent en fait au pouvoir. Les déclarations sur le service désintéressé des professionnels sont en réalité une rhétorique vide de sens et les professions, selon le dramaturge anglais, poursuivent avant tout le pouvoir et les revenus de leurs membres. Dans les deux cas, une association professionnelle tend à établir un monopole sur l’exercice de la profession, qu’il soit contrôlé par l’État ou non, parce qu’une clientèle avertie est encline à reconnaître les exigences plus grandes d’un professionnel dûment qualifié.
Le contrôle strict de l’exercice de la profession était en contradiction avec les principes du libéralisme du XIXe siècle, qui valorisait la liberté et l’individualisme bien plus que la réglementation et la centralisation. Comme le résume Matthew Ramsey dans The politics of medical monopoly : « En bref, là où le libéralisme du laissez-faire a fleuri, le monopole de jure était généralement faible ou inexistant ; là où le libéralisme dominant était fortement engagé dans une réforme du centre, le monopole était à peine touché ; là où le libéralisme était absent, les monopoles professionnels prospéraient au mieux » (Ramsey 1984, pp. 225-305).
La situation de la profession médicale en Europe et en Amérique du Nord au XIXe siècle offre un exemple éclairant de la généralisation de Ramsey. Traditionnellement, la réglementation du personnel médical et le contrôle des normes de formation relevaient de la compétence d’une Académie ou d’un Collegium. Dans de nombreux États allemands encore liés par les anciennes traditions, les « professions » des soignants, y compris les sages-femmes et les pharmaciens, étaient strictement réglementées, tout comme d’autres professions. En Grande-Bretagne, où la Richesse des nations d’Adam Smith (1776) avait fourni l’élaboration théorique du laissez-faire économique, les guildes avaient perdu une grande partie de leur pouvoir et la liberté d’exercer les professions était la norme. Le Royal College of Physicians and the Company of Surgeons (qui est devenu le Royal College of Surgeons après 1800) contrôlait la pratique de la médecine et de la chirurgie à Londres, et des institutions similaires exerçaient la même fonction à Édimbourg, Glasgow et Dublin. En dehors des grandes villes, il existait un marché libre de la médecine et même dans les zones contrôlées par la juridiction des organisations professionnelles, le signalement des praticiens irréguliers et des charlatans était coûteux et n’était que rarement activé. Un fragile système d’autorisation d’exercer pour les médecins s’est progressivement développé aux États-Unis dans les décennies qui ont suivi la guerre d’indépendance, soit au niveau local, soit dans les différents États.
En France, la profession médicale a bénéficié d’une protection maximale au cours du XIXe siècle. La loi du 10 mars 1803 a créé deux ordres de médecins, celui des diplômés en médecine ou en chirurgie d’une école de médecine, et celui des officiers de sainté, qui ont une formation plus pratique, pour les zones rurales et les travaux médicaux de routine. Seules les personnes possédant l’une de ces qualifications étaient autorisées à exercer la médecine, tandis que les charlatans devaient être poursuivis. Le diplôme pouvait être obtenu dans l’une des trois écoles autorisées à délivrer des titres académiques ayant survécu à la Révolution, à savoir celles de Paris, Montpellier et Strasbourg. La manière la plus désinvolte dont les officiers de sainté obtenaient leurs diplômes des commissions médicales départementales ne fut jamais bien accueillie par les autres médecins ou les fonctionnaires de l’État, mais les officiers et la loi de mars 1803 restèrent en vigueur jusqu’en 1892, et ce, malgré les critiques libérales répétées selon lesquelles il était pratiquement impossible d’imposer le monopole de manière satisfaisante et que la même loi empêchait la liberté de recherche et de choix.
Napoléon a exporté la loi et l’hostilité aux guildes partout où les armées françaises se sont installées. Dans les régions allemandes annexées de la Rhénanie, la profession médicale a longtemps été protégée par l’État et de nombreux médecins étaient en fait des fonctionnaires. Ce régime, malgré certains avantages économiques, présentait quelques inconvénients, tels que l’obligation d’exercer sur le lieu établi par l’autorité de l’État et le Kurierzwang, c’est-à-dire le devoir d’aider toute personne dans le besoin. Des voix libérales allemandes, telles que celles d’Alexander von Humboldt (1769-1859) et, depuis 1848, de Virchow, se sont élevées pour contester les contraintes restrictives imposées par l’ancien ordre, arguant que la réforme sociale et l’éducation de masse permettraient également aux gens ordinaires de choisir leurs médecins avec sagesse, et qu’en tout cas la liberté de décider du traitement (Kurierfreiheit) était fondamentale tant pour les médecins que pour les patients. La Prussian Gewerbeordnung (règlement professionnel) de 1869 – qui sera ensuite étendue à tout l’Empire en 1871 – a finalement ouvert le marché libre de la médecine. Elle a permis une augmentation rapide de tous les types de praticiens irréguliers, qui ont souvent formé leurs propres associations professionnelles. À Berlin, en 1879, il y avait trente-quatre médecins réguliers pour chaque empiriste à plein temps ; en 1903, le rapport était tombé à seulement trois pour un.
La plupart des observateurs ont interprété la Gewerbeordnung comme un coup porté contre le protectionnisme médiéval, tout en reconnaissant qu’en termes de santé publique et de soins médicaux, un laisser-faire total pouvait être préjudiciable au bien-être de la population. Dans la pratique, l’État a continué à protéger les professionnels réguliers en imposant certaines limites aux irréguliers, qui n’étaient pas autorisés à traiter les maladies vénériennes ou le cancer, à s’injecter ou à utiliser des stupéfiants. Ce n’est qu’avec l’avènement du nazisme que le système libéral allemand a été abandonné, non pas en raison d’un intérêt particulier pour la médecine scientifique, mais parce que la protection de la santé de la communauté était prioritaire par rapport à la liberté individuelle.
La Gewerbeordnung était très similaire au système introduit en Grande-Bretagne par le Medical Act de 1858. Cette loi, finalement adoptée après plus de vingt ans de débats et plusieurs projets de loi rejetés au parlement, fut un autre triomphe du libéralisme. Elle a consacré le système éclectique de formation et d’autorisation qui s’était progressivement développé entre les universités, les écoles de médecine hospitalières et les guildes médicales, mais n’a pas réussi à interdire la pratique irrégulière de la médecine. Le registre médical annuel des médecins ayant un titre légal permet au public d’avoir accès aux informations nécessaires pour choisir judicieusement son médecin traitant, tandis que les médecins en situation irrégulière, n’étant pas enregistrés, doivent constamment donner une image positive de leurs compétences. La loi de 1858 garantissait également aux professionnels un bon degré d’autonomie par le biais du Conseil médical général, qui était compétent en cas de négligence dans le traitement et de « conduite déshonorante » (comme le recours à la publicité ou la collaboration avec des irréguliers), ainsi qu’un rôle consultatif dans la définition des cours et des normes d’examen des écoles de médecine. Seuls les médecins inscrits au registre médical peuvent occuper certains postes publics, tels que vaccinateur public, médecin hygiéniste, directeur d’asiles et officier de santé en vertu de la loi sur les soins aux pauvres.
Aux États-Unis, les premières lois sur les licences se sont révélées inefficaces et, au milieu du siècle, certains groupes de médecins alternatifs, tels que les homéopathes, les éclectiques et les thomoniens (qui croyaient aux pouvoirs de guérison de la plante Lobelia infligée), se sont disputés l’hégémonie professionnelle avec les habitués. Des écoles privées de toutes sortes ont été fondées en grand nombre, ce qui a eu pour conséquence de dévaloriser le « diplôme » lui-même. Après la guerre civile américaine, de nouvelles réglementations en matière de licences ont commencé à être adoptées dans la plupart des États, et bien que certaines de ces lois aient donné une légitimité aux praticiens non orthodoxes, les médecins réguliers en ont été les principaux bénéficiaires. L’université Johns Hopkins, fondée en 1876, a délibérément introduit le style de recherche de type allemand dans l’enseignement supérieur américain. Lorsque l’école de médecine Johns Hopkins a ouvert ses portes en 1889, d’autres écoles de médecine universitaires ont commencé à relever les normes d’admission aux cours et à introduire un enseignement plus systématique des sciences et des cliniques. Cependant, lorsque Abraham Flexner a mené sa célèbre enquête sur l’enseignement médical aux États-Unis et au Canada en 1910, la plupart des écoles ont échoué à son test de référence, qu’il a calqué sur les meilleures facultés de médecine universitaires en Allemagne. De nombreuses petites écoles américaines ont dû fermer à la suite des réformes mises en œuvre dans le sillage de l’enquête Flexner.
En dehors de la France, qui se distingue par la protection continue de la profession médicale par l’Etat (ainsi que par la réglementation de nombreuses autres professions), on peut identifier une convergence générale entre de nombreux pays européens et les Etats-Unis. Les idéaux libéraux ne permettaient pas d’encadrer les monopoles médicaux dans la loi, même si l’État confiait officiellement aux médecins ordinaires la tâche de superviser les initiatives de santé publique, de traiter les situations dangereuses d’un point de vue sanitaire, de soigner le personnel militaire, de traiter les maladies vénériennes et de fournir du personnel aux établissements de soins et aux hôpitaux publics. Dans les décennies centrales du siècle, des associations médicales ont été créées en de nombreux endroits : l’Association médicale et chirurgicale provinciale (qui deviendra plus tard l’Association médicale britannique) en 1832 ; l’Association médicale américaine en 1847 ; la Berliner medicinische Gesellschaft en 1860. Nombre de ces associations poursuivent des objectifs éducatifs, professionnels et politiques et contribuent à donner une voix unifiée à la profession. Le développement de la science et de la technologie dans le domaine médical a changé la formation, le diagnostic et la thérapie des médecins (en particulier la chirurgie), a soumis la médecine aux idéologies du progrès et a séparé les praticiens « réguliers » des adeptes de ce que l’on appelle aujourd’hui la médecine alternative. En Grande-Bretagne, la naissance des groupes d’antivivisection a sans doute eu pour effet de regrouper les médecins plus étroitement. Les polices d’assurance maladie établies par les gouvernements donnent la préférence aux médecins ordinaires, tout comme les organismes publics qui investissent dans le traitement et la prévention des maladies. Ainsi, bien que le choix du consommateur ait prévalu dans la plupart des endroits, la profession médicale a été renforcée et plus cohésive et puissante qu’elle ne l’était au début du siècle.

3. Le rôle de la science

Les reconstitutions historiques traditionnelles du développement de la profession médicale moderne ont considéré que le rôle de la science biomédicale dans ce processus ne posait pas de problème majeur. La médecine a progressé parce qu’elle est devenue plus scientifique. Ainsi, les historiens ont accepté passivement les déclarations des protagonistes du XIXe siècle ; dans Über die Standpunkte in der wissenschaftlichen Medicin (Sur les opinions en médecine scientifique, 1847), Virchow a affirmé : « L’avenir appartient à la science. Elle contrôlera de plus en plus le destin des nations. Elle les a déjà dans son creuset et sur sa balance ». Scientia est potentia, aimait-il à dire, en citant Francis Bacon.
Plus récemment, cependant, les historiens ont remis en question l’idée selon laquelle la médecine est devenue puissante simplement parce qu’elle a été imprégnée par la science. Certains ont fait valoir que l’amélioration de l’espérance de vie au XIXe et au début du XXe siècle était due bien plus à des facteurs sociaux, économiques et surtout nutritionnels qu’à la médecine curative ou préventive. D’autres, tout en reconnaissant la valeur idéologique de la science pour la médecine, ont souligné que, dans l’ensemble, elle n’avait pas beaucoup d’influence sur les soins thérapeutiques réels des patients et encore moins sur la guérison. Il a également été montré comment, dans le contexte de la divergence bien connue de la médecine du XIXe siècle entre la science et l’art, une certaine élite de médecins très performants a continué à la considérer plutôt comme un « art », insistant sur le caractère unique de chaque individu et de sa maladie et soulignant que la pratique de la médecine était basée sur un savoir incommunicable qui ne pouvait être acquis que par l’expérience.
Ces lectures et d’autres sur la question de la « science en médecine » à la fin du XIXe siècle suggèrent un débat encore plus articulé. Ils devraient être intégrés à une analyse des différentes significations que le terme « science » avait pour les médecins à l’époque. Il a été démontré, entre autres, que les médecins qui soignaient les malades au chevet des patients avaient développé leurs propres procédures et méthodes scientifiques, et qu’il serait historiquement réducteur d’assimiler la « science » à la seule pratique de laboratoire ; cela reviendrait en fait à ignorer les changements importants dans la pratique hospitalière, que les Français ont vigoureusement encouragés et qui ont fait de Paris l’un des centres les plus avancés des disciplines médicales au cours de la première moitié du siècle. Fondée principalement sur les approches les plus récentes du diagnostic physique, sur une conception de la maladie qui met l’accent sur la lésion plutôt que sur le symptôme, considérant celui-ci comme l’élément le plus fiable pour sa définition, et enfin sur des examens post-mortem systématiques visant à mettre en évidence les corrélations clinique-pathologique, cette médecine a été définie « scientifique » par ses exposants. L’un des médecins américains formés à l’école française, Elisha Bartlett, a donné un exposé cohérent de la philosophie baconienne qui était le fondement de la médecine dans un essai sur la philosophie des sciences médicales (1844). Selon Bartlett, la médecine n’aurait pu devenir scientifique qu’avec le patient et la collecte systématique de données sur la maladie, ses manifestations et son traitement, puis avec le passage progressif à des généralisations inductives basées sur des observations enregistrées.
Dans les pays germanophones, des appels ont également été lancés en faveur d’une pratique clinique plus scientifique, notamment par la Naturhistorische Schule de Johann Lucas Schönlein et ses disciples, dont Nikolaus Friedrich, Carl Wunderlich et Virchow lui-même. On oublie parfois que Virchow est resté activement impliqué dans le domaine clinique, et que la médecine clinique académique s’est développée dans les universités allemandes aux côtés des sciences médicales plus spécialisées et finalement plus influentes. L’histoire des cas (Kasuistik) a été la marque de l’approche historico-naturaliste, grâce en partie à l’augmentation du nombre de revues médicales dans lesquelles les diagnostics et les traitements de cas individuels bien étudiés ont été rapportés et discutés. En plus des compétences de diagnostic direct sur le patient, les cliniciens allemands ont combiné l’examen microscopique et l’analyse chimique des fluides et des tissus corporels, en particulier le sang et l’urine, et Wunderlich a répandu l’utilisation du thermomètre.
Ces développements et bien d’autres au sein de la Klinik font partie de ce mouvement de la médecine vers la science et la technologie qui a eu lieu vers le milieu du siècle et qui a radicalement changé la façon de considérer la maladie et le traitement médical. En général, la plupart des innovations ont eu lieu dans des hôpitaux universitaires. Il suffit de dire que John Forbes, le traducteur écossais du médecin français Laënnec, doutait que la stéthoscopie se répande un jour en dehors des salles fermées des hôpitaux et des militaires. Même le médecin personnel de la reine Victoria, Sir James Reid, n’a jamais vu son patient dans son lit jusqu’à la maladie qui allait causer sa mort. À cet égard, il convient de souligner que Forbes, bien sûr, s’est trompé sur le stéthoscope, mais il est indéniable que les questions de classe, de revenu et de sexe ont eu une grande influence sur la détermination avec laquelle les médecins ont pratiqué l’art et la science du diagnostic physique. Cependant, à mesure que la médecine s’identifiait à l’hôpital et que la formation des médecins prenait racine en son sein, les attitudes et les compétences cliniques qui y étaient enseignées étaient transférées au monde médical en dehors de l’hôpital.
Il est certainement réducteur de suggérer qu’Armand Trousseau à Paris, Richard Bright à Londres ou Josef Skoda à Vienne n’ont pas fait de la « recherche » simplement parce qu’ils ont mené une grande partie de leur vie professionnelle dans des services hospitaliers. À partir des années 1930 environ, la recherche a cependant commencé à être de plus en plus associée à une activité spécifique : la science expérimentale. L’un de ses praticiens les plus féconds et de ses partisans les plus sophistiqués sur le plan philosophique était Claude Bernard (1813-1878). L’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865) a été d’autant plus efficace que Bernard venait du système hospitalier parisien, et a donc pu opposer efficacement l’approche historico-naturaliste des cliniciens, qui continuaient à observer la maladie telle qu’elle leur était présentée, aux possibilités expérimentales offertes aux scientifiques de laboratoire. Les hôpitaux n’étaient rien d’autre que des portes ouvertes à la connaissance médicale. Ce n’est qu’en laboratoire qu’il a été possible de déterminer les mécanismes précis de la maladie ou le lieu d’action des médicaments. Le déterminisme était l’étoile polaire de Bernard : rien ne se passe sans une cause bien définie. Les cliniciens ne peuvent pas maintenir les conditions des cas examinés constantes, et l’expérience clinique est donc inévitablement variable. Le scientifique, en revanche, peut maintenir un contrôle assez étroit sur la variabilité biologique et donc interpréter les résultats de manière fiable.
Avec Pasteur et Koch, Bernard fait partie d’un groupe de scientifiques médicaux qui sont devenus des personnalités internationales au cours du XIXe siècle. Nous nous concentrerons ici sur un seul aspect du processus par lequel les scientifiques ont commencé à créer leur propre territoire distinct et influent au sein de la médecine : la formation et le financement de la recherche biomédicale.
Le véritable sanctuaire de la médecine scientifique, a écrit Bernard, est le laboratoire. Bien que les environnements de recherche dans lesquels il travaillait soient confinés dans de petits espaces, ses activités expérimentales ont été couronnées d’un succès surprenant.
Mais son moment le plus créatif, de 1845 à 1860, se situe juste avant la période où la pleine affirmation de la science en France est habituellement placée. En ce qui concerne la reconnaissance officielle de la science expérimentale, les Français sont arrivés plus tard que les Allemands ; en Allemagne, en effet, depuis les années 20, les universités ont commencé à promouvoir systématiquement la recherche scientifique (Wissenschaft) dans son sens le plus large. Pour la médecine, les succès de Justus von Liebig (1803-1873) ont été très importants, d’abord à l’université de Giessen puis à l’université de Munich ; tout aussi important a été le vif ferment intellectuel de la nouvelle université de Berlin (1809), où Johannes Peter Müller (1801-1858), à partir du milieu des années 20, a inspiré toute une génération de jeunes chercheurs en médecine. La forme organisationnelle dominante dans les universités allemandes était celle de l’institut, avec un professeur qui, avec ses collaborateurs, dirigeait les activités d’enseignement et de recherche des étudiants. Des sujets de recherche leur ont été proposés dans le cadre d’une stratégie générale établie par le professeur. Les instituts les plus performants, tels que l’Institut Liebig à Liebig, l’Institut de pathologie Virchow à Berlin et l’Institut de physiologie Carl Ludwig à Leipzig, ont attiré des foules d’étudiants du monde entier. La recherche de financement pour les institutions a nécessité des négociations locales avec les administrateurs des universités et les responsables de l’éducation de l’État, mais les professeurs retenus étaient très recherchés et pouvaient souvent améliorer leurs revenus et leur équipement de laboratoire en acceptant l’appel d’une université rivale. Au fil du siècle, les sciences médicales – anatomie, physiologie, chimie physiologique, pathologie, pharmacologie et hygiène (qui comprenait initialement la bactériologie) – ont trouvé une reconnaissance au niveau des instituts dans les universités allemandes. Au moment de l’unification de l’Allemagne en 1871, le système d’éducation et de recherche allemand était admiré dans le monde entier.
En France, l’enthousiasme pour l’organisation universitaire allemande a subi un coup dur après l’humiliation subie lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. D’autre part, l’enseignement supérieur français a une tradition vigoureuse et, dans le domaine des sciences médicales, la France s’est glorifiée au niveau international en la personne de Pasteur : l’institut qui portera plus tard son nom a donné naissance à plusieurs autres institutions similaires partout où l’influence française s’est étendue dans le monde. L’Institut Pasteur, ouvert à Paris avec une grande solennité en 1888, est essentiellement le fruit d’une philanthropie privée internationale, à laquelle s’ajoutent quelques contributions municipales. Elle a également eu l’occasion de collecter des fonds grâce à la découverte et à la production de vaccins et d’autres composés biologiques, dont le plus célèbre est le vaccin de Pasteur contre la rage, qui est probablement l’exemple le plus connu de la combinaison de la science et de la pratique tout au long du siècle.
Les développements de la microbiologie et de ce que l’on appellera bientôt l’immunologie ont introduit toute une série de possibilités préventives et thérapeutiques dans la médecine et les instituts de recherche biomédicale les plus innovants des années 80 se sont consacrés à ces disciplines. En Allemagne, ils étaient associés à des sommités telles que Koch, Emil von Behring et Paul Ehrlich ; en Grande-Bretagne, l’Institut Lister pour la médecine préventive a d’abord été nommé (1898) d’après un autre personnage illustre, Edward Jenner, pionnier de la vaccination contre la variole ; aux États-Unis, l’argent de John D. Rockefeller a servi en partie à financer l’institut de recherche qui porte son nom à New York (1901). Ni l’Institut Pasteur, ni Lister, ni Rockefeller n’étaient directement affiliés à une université, mais la « philanthropie scientifique » a contribué à promouvoir l’enseignement et la recherche en sciences médicales dans de nombreuses universités et écoles de médecine. La relation entre les idéaux scientifiques et l’exploitation commerciale n’était souvent pas facile ; Behring était particulièrement strict (et réticent) sur les avantages économiques à tirer des découvertes scientifiques dans le domaine médical, ce qui semblait à beaucoup en contradiction avec les aspirations de bienveillance et d’ouverture de la science biomédicale consacrée au « bien-être de l’humanité dans le monde ». Néanmoins, le potentiel économique des vaccins, des sérums et des nouveaux produits pharmaceutiques a été fermement établi à la fin du siècle, donnant à l’ancienne expression « santé à vendre » un nouveau sens et créant des opportunités d’emploi pour le personnel hautement qualifié dans ce domaine. Les relations entre l’université et le secteur commercial restent difficiles, et les sociétés scientifiques spécialisées, qui se sont multipliées depuis les années 50, sont toutes dominées par des scientifiques universitaires. À la fin du siècle, cependant, la science biomédicale était inextricablement liée à la fois à la pratique médicale et aux aspects économiques de la médecine.

Scroll To Top