Ma France je t'aime

Ce sont les deux médicaments les plus prometteurs testés dans le monde entier pour le coronavirus

 

 

médicaments prometteurs testés coronavirus

De l’apparition des premiers cas de coronavirus en décembre 2019 à la déclaration de pandémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et bien au-delà du million, le nouveau SRAS-CoV-2 a mis le système de santé mondial sous contrôle et fait courir contre la montre les chercheurs des grandes entreprises pharmaceutiques pour trouver un traitement efficace contre cette nouvelle maladie.

Le 18 mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé ce qui est déjà le plus grand essai clinique dans la recherche d’un traitement efficace pour le nouveau coronavirus. Le directeur général de l’agence, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé que pour trouver plus rapidement des traitements et des médicaments potentiels pour combattre le coronavirus, ils allaient entamer une étude mondiale pour rechercher et tester des traitements non encore éprouvés.

Le méga-essai, qu’ils ont appelé Solidarité, testera quatre des traitements les plus prometteurs et inclura des milliers de patients d’au moins 10 pays, bien que l’on s’attende à ce que beaucoup d’autres se joignent à eux après le début de l’essai.

Les premiers à se porter volontaires pour les essais ont été l’Argentine, le Bahreïn, le Canada, la France, l’Iran, la Norvège, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Suisse et la Thaïlande, qui ont pris des mesures très différentes pour faire face à la pandémie et avec des résultats très différents. « Plus il y a de pays qui participent, plus les résultats seront rapides », a déclaré M. Ghebreyesus.

Voir aussi dans cette même catégorie : https://www.afrikmag.com/category/societe/

Simultanément, en Europe, l’essai appelé Discovery – lancé le 22 mars – comprendra 3 200 patients d’Allemagne, de Belgique, d’Espagne, de France, des Pays-Bas, du Luxembourg et du Royaume-Uni, qui recevront au hasard l’un des quatre traitements étudiés.

Les molécules testées

L’Espagne joue un rôle important dans le programme de développement du remdesivir, puisqu’elle participe à deux essais cliniques qui sont réalisés dans 13 hôpitaux de ce pays

Il s’agit d’un antirétroviral à large spectre développé par Gilead après plus de 10 ans de recherche, qui a démontré son activité dans des modèles animaux contre de multiples pathogènes viraux émergents, notamment le virus Ebola, le virus Marburg, le MERS et le SRAS1. Ces deux derniers sont également des coronavirus et ont des structures similaires au virus qui cause l’IDOC-19. Les données précliniques du remdesivir dans le MERS et le SRAS indiquent qu’il pourrait avoir une activité contre le nouveau coronavirus.

L’Espagne joue un rôle important dans le programme de développement du remdesivir, puisqu’elle participe à deux essais cliniques menés dans 13 hôpitaux de ce pays, qui étudient l’efficacité et la sécurité de ce médicament chez les patients infectés présentant des symptômes modérés et graves. En outre, Gilead a également collaboré à l’étude Solidaridad en apportant son expérience scientifique et en faisant don des médicaments, une étude à laquelle participent 11 hôpitaux espagnols.

En savoir plus aussi sur la pandémie aux Etats-unis : http://allezlafrance.over-blog.com/2020/04/la-pandemie-de-covid-19-etats-unis

« Nous attendons beaucoup de cette molécule », car « les premiers résultats in vitro étaient très bons », a commenté le virologue Bruno Lina, professeur de virologie au CHU de Lyon (au centre).

Hydroxychloroquine

L’hydroxychloroquine et son analogue, la chloroquine, sont dérivés de la quinine, que les chimistes français ont isolée en 1820 de l’écorce du quinquina, selon Medicines for Malaria Venture. En 1934, des scientifiques allemands ont créé la chloroquine synthétique dans le cadre d’une classe d’antipaludiques, a déclaré MMV. L’hydroxychloroquine est la version la moins toxique de la chloroquine.

C’est un principe actif antipaludique, également utilisé dans les maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde et le lupus.

C’est le régime qui suscite le plus d’espoir, entre autres parce qu’il est économique, facile et rapide à produire et qu’il agit par divers mécanismes d’action.

Il est présent dans différents protocoles de recherche, et les rapports de cas provenant de différents professionnels sont multipliés quotidiennement, les meilleurs résultats étant observés chez les patients au stade précoce.

Scroll To Top