Ma France je t'aime

Le financement des femmes chefs d’entreprise : la maraîchère de Côte d’Ivoire

Le financement des femmes chefs d’entreprise : la maraîchère de Côte d’Ivoire
4 (80%) 1 vote

Le financement des femmes chefs d'entreprise Côte d'Ivoire

Lorsque nous allons à la banque pour demander un prêt, on nous le refuse parce que nous n’avons pas de garantie. Nous avons donc créé notre propre groupe d’épargne « , explique Yeo Nakoni, agriculteur ivoirien.

Avez-vous un compte bancaire ? Avez-vous déjà contracté un prêt commercial ou un prêt hypothécaire ? Pour des millions de femmes dans le monde, de simples services financiers peuvent sembler impossibles. Pourtant, donner aux femmes un meilleur accès au financement pourrait améliorer leur vie de façon incommensurable et leur permettre de débloquer 330 milliards de dollars US (256 milliards de livres sterling) de recettes annuelles mondiales, selon l’organisation de développement Care.

Research by Care a publié cette semaine des documents sur l' »énorme » potentiel économique et social des femmes qui ont été aidées par le projet Care Access Approved. De l’Afrique à l’Amérique du Sud, certaines femmes ont augmenté leurs revenus de 500 %.

Yeo Nakoni, 51 ans, est un maraîcher de Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire. Elle est mère de six enfants et s’occupe également de deux nièces. Lorsque son mari a perdu son emploi de cuisinier, elle est devenue l’unique soutien de famille.

« Je me suis mariée à l’âge de 20 ans et je vendais des légumes au marché jusqu’à ce que ma belle-mère me conseille de les cultiver moi-même et de les vendre pour plus de profit « , explique Nakoni. « C’était une bonne idée, et elle a arrangé un terrain pour moi. Je travaille cette terre depuis 35 ans, mais elle ne m’appartient pas. Dans notre communauté, les femmes ne possèdent pas la terre, elle appartient aux hommes. »

Pour plus d’informations, visitez cet article aussi : https://www.afriksoir.net/constantine-kouadio-portrait-dune-deplacee-de-guerre-devenue-cheffe-dentreprise/

Quelques années plus tard, Nakoni a créé un groupe d’épargne, basé sur le modèle de Care’s Village Savings and Loans Association. « Tous les dimanches, nous mettons chacun 500 francs, ce qui nous permet de nous prêter de l’argent les uns aux autres. Nous remboursons nos prêts avec intérêts, de sorte que notre fonds peut croître. Au sein du groupe, nous pouvons nous entraider. Ce que nous pouvons faire en tant que groupe, tu ne peux pas le faire tout seul. »

En plus de la formation, Care a pris des dispositions pour que Madame Sekongo, une entrepreneure prospère de la région, donne des conférences de motivation aux groupes de Nakoni et autres. « Grâce à mes champs, j’ai pu envoyer mes enfants à l’école et mettre de la nourriture sur la table « , dit Nakoni.

Care a pris des dispositions pour que Madame Sekongo, une entrepreneure prospère, donne des conférences de motivation à des groupes locaux.

« Mes champs m’ont donné tant de choses, et beaucoup de force. Je suis optimiste pour mon avenir. Je me considère comme une femme entrepreneure qui prend des décisions et contribue de façon significative aux dépenses de sa famille. Je me vois posséder une maison dans cinq ans et je sais que je suis sur la bonne voie. »

En savoir plus : https://ageneve.blogspot.com/2019/07/les-francais-sont-de-retour-en-cote.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll To Top