Ma France je t'aime

Comment bien réparer un câble électrique ?

 

cable-electrique-electricien-paris

Avec le plâtre qui recouvre la plupart des fils électriques de votre maison, la réparation des fils électriques endommagés peut sembler être un grand projet. Il est toutefois possible de raccorder des câbles sans avoir à ouvrir tout le mur. Si votre installation électrique a été endommagée par des rongeurs ou par le trou dans le mur, réparez-la dès que possible pour rétablir l’alimentation de toutes les lampes alimentées par le circuit endommagé. L’absence de réparation des dommages pourrait entraîner d’autres problèmes, comme un incendie d’origine électrique.

Instructions

-Déconnectez l’alimentation du circuit électrique endommagé en fermant l’interrupteur prévu sur le tableau des disjoncteurs.

-déconnectez le câblage du circuit en question de l’interrupteur. Coupez le fil noir du générateur de tonalité sur le fil blanc ou noir du circuit et assurez-vous qu’il est en mode “tonalité”.

– Appuyez sur le bouton de la sonde et déplacez-la le long du fil. Suivez le câblage des appareils de puissance jusqu’à ce que la tonalité s’arrête. Si vous arrivez jusqu’aux appareils, retournez au panneau des disjoncteurs et fixez le générateur de tonalité sur l’autre fil ; la rupture se trouve probablement dans ce fil. Suivez le câblage des appareils jusqu’à ce que la tonalité s’arrête. C’est là que se trouve votre pause.

Un électricien à paris pourra mieux vous aider à bien réparer un câble électrique avant de commencer à planifier la recherche d’outils pour le faire vous même. Prenez rendez vous avec un spécialiste .

-Mesurez les dimensions de votre ancien boîtier électrique en état de marche et marquez deux points à environ un pied d’écart sur le chemin des fils électriques endommagés. Les anciennes boîtes électriques en état de marche sont des boîtes de jonction spéciales qui sont installées dans les murs existants. Ils permettent l’installation sans ouvrir de grandes parties du mur et rendent inutile l’emplacement des poteaux muraux.

-Découpez le mur à chacun de ces endroits, suffisamment grand pour accueillir les anciens boîtiers électriques.

-Coupez le fil électrique à chacun des trous. Retirez la partie endommagée de l’intérieur du mur. Tirez sur les deux extrémités restantes avec la pince à dénuder. Retirez environ 2 pouces d’isolant extérieur, puis dénudez l’isolant intérieur pour exposer 1/2 pouce de cuivre nu de chacun des fils.

-Placez une des extrémités dénudées dans un des cadres de l’ancien bâtiment et fixez-la avec un connecteur électrique. Faites glisser l’autre fil dénudé dans l’ancienne boîte de travail et fixez-la avec un connecteur électrique.

-Insérez le ruban à poisson dans l’une des découpes du mur et poussez-le à travers le mur jusqu’à l’autre trou. Une fois qu’il émerge de l’autre trou, attachez une longueur de fil électrique pour le ruban et tirez-le vers le premier trou. Le fil électrique sera ainsi tiré à travers le mur. Une fois de retour dans le premier trou, débranchez le fil de la bande. Dénudez le fil de la même manière que vous le faites et fixez une extrémité dans chacune des anciennes boîtes de travail.

-Placez chaque ancienne boîte de travail dans un trou découpé dans la cloison sèche. Tournez la vis de chacun d’entre eux pour les verrouiller en place.

-Faites les chapeaux. Tressez les fils noirs ensemble dans chaque boîte, les fils blancs ensemble et les fils de terre. Vissez un écrou de fil sur chaque connexion.

-Fermer un couvercle de standard téléphonique sur chaque standard. Reconnectez les fils à l’interrupteur et remettez le circuit en marche.

Conseils et avertissements

Si un générateur de tonalité est un excellent outil pour trouver une faille dans le mur, il arrête également son signal si vous vous éloignez du fil. Cela peut faire le diagnostic d’un long processus d’essai et d’erreur car la tonalité cessera de retentir à la fois si le câble se rompt et si vous vous éloignez des câbles dans la mauvaise direction. Si votre générateur de tonalité cesse de sonner son signal, déplacez la sonde dans différentes directions autour du mur pour vous assurer de trouver le bon endroit de la rupture. Bien que ce processus puisse être fastidieux, il peut être préférable d’ouvrir toutes les parties du plâtre.
Vous ne pouvez tout simplement pas épisser les fils à l’intérieur du mur. Ils doivent être placés dans un boîtier électrique avec un couvercle pour permettre un accès futur au point de jonction.

ISOLATION

Dans l’isolation, un revêtement isolant est placé sur le conducteur pour empêcher les fuites de courant. Les conditions environnementales et climatiques ou le contact avec des agents agressifs, ainsi que le manque de soin dans l’installation, la manipulation et l’entretien, sont les principales causes qui limitent la durée de vie d’un câble.

Les isolants sont classés en deux grands groupes : les thermoplastiques et les thermodurcissables.

Les isolants thermoplastiques les plus courants dans la fabrication des câbles électriques sont PVC (chlorure de polyvinyle), Z1 (polyoléfines), PE (polyéthylène linéaire), polyuréthane (PU), Teftel, Téflon (fluoré), etc.

Câble Powerflex RV-K

En ce qui concerne les isolants thermodurcissables, les plus courants sont EPR (éthylène-propylène), XLPE (polyéthylène réticulé), EVA (acétate d’éthyle et de vinyle), SI (silicone), PCP (néoprène), SBR (caoutchouc naturel), etc.

Le PVC et le polyéthylène sont utilisés comme isolation et comme revêtement protecteur des câbles électriques, en raison de leur grande résistance aux chocs et à l’abrasion.

SEMICONDUCTEUR

Les semi-conducteurs sont formés par des couches extrudées de résistance électrique réduite provenant de matériaux liés à l’isolation. Si elles sont thermiquement stables, les couches de semi-conducteurs le seront également.

Ils sont principalement applicables aux câbles de moyenne et haute tension en deux couches : la première, directement sur le conducteur. Le second, entre l’isolation et l’écran.

Le processus de production des couches de semi-conducteurs et de l’isolation est réalisé par le procédé de “triple extrusion” qui est la technologie la plus avancée à l’heure actuelle. L’extrusion se fait à travers une tête à triple couche. Cela permet de mettre les semi-conducteurs et l’isolation en contact direct et de s’assurer qu’aucune matière étrangère n’est présente. On évite ainsi les défauts du semi-conducteur interne, qui pourraient dégénérer en décharges partielles et en réduction de la durée de vie utile du câble.

ÉCRAN MÉTALLIQUE

Les protections électriques, également appelées “écrans”, isolent les signaux circulant dans le câble d’éventuelles interférences extérieures. Ils blindent également les câbles d’alimentation pour les empêcher d’interférer avec les circuits de signaux adjacents.

REMPLIR

Le remplissage est la masse de matériau dont la fonction est d’occuper les espaces vides laissés dans le câblage des conducteurs isolés. Ces charges peuvent être en textile ou en matière plastique.

SEAT

Les câbles conçus avec des renforts métalliques ont une couche extrudée qui, lorsqu’elle est placée sur le remplissage, protège l’isolation contre d’éventuelles interactions avec les masses métalliques.

Machines industrielles pour la fabrication de câbles électriques

ARMOURS

Des protections mécaniques, appelées “armures”, protègent le câble des agressions extérieures, telles que les coups, les attaques de rongeurs, la traction, etc. Les armures sont en acier ou en aluminium et peuvent être constituées de bandes, de couronnes de fils ou de tresses de fils.

Voici quelques site web sur lesquels vous pouvez trouver un électricien à Paris : https://www.electricien-paris.frhttps://www.pagesjaunes.fr ,https://www.belmard-batiment.fr, https://www.electricien-paris-express.comhttps://www.starofservice.comhttps://www.meilleur-artisan.comhttps://electricien-depannage-service.comhttps://tordjmanelectricite.fr

COUVERTURE

Les câbles sont généralement munis d’un revêtement polymère extérieur pour les protéger. C’est ce qu’on appelle la “gaine extérieure”.

Cette gaine isole l’intérieur du câble des éléments extérieurs qui pourraient altérer ses propriétés électriques, comme l’humidité, et le protège des chocs qui pourraient être reçus lors de l’installation et de l’utilisation.

Comme l’isolation, la gaine extérieure peut être thermoplastique ou thermodurcissable. Les matériaux de la gaine peuvent être de nature différente, selon le niveau de protection requis, la flexibilité finale du câble, l’environnement de travail, etc.

Stockage des tourets de câbles électriques

Pour identifier correctement le câble, il est marqué avec les données les plus pertinentes : nom du fabricant, du commerce et du câble, nombre de conducteurs, section, norme de construction CPR, marquage CE et autres données d’intérêt, telles que la certification du produit et le marquage compteur par compteur, qui facilite le contrôle des stocks.

La neurotoxine botulique dans le traitement de la spasticité

La neurotoxine botulique dans le traitement de la spasticitéLa neurotoxine botulique

La neurotoxine botulique a révolutionné le traitement de la spasticité et est maintenant administrée dans le monde entier. Il existe actuellement trois principaux produits de neurotoxine botulinique de type A disponibles dans l’hémisphère occidental : la toxine onabotulinum A (ONA) Botox®, la toxine abobotulinum A (ABO), Dysport® et la toxine incobotulinum A (INCO, Xeomin®). Bien que les efficacités soient similaires, la comparabilité des différentes préparations fait l’objet d’un débat intense. Nous aborderons ici les questions cliniques de la puissance et des taux de conversion, ainsi que les questions de sécurité telles que la propagation de la toxine et l’immunogénicité, afin de fournir des orientations pour l’utilisation de la BoNT-A dans la pratique clinique. INCO s’est révélé aussi efficace que l’ONA avec un profil d’effets indésirables comparable lorsqu’un ratio de conversion clinique de 1:1 était utilisé. Les données cliniques et précliniques disponibles suggèrent qu’un rapport de conversion ABO:ONA de 3:1, voire moins, pourrait être approprié pour traiter la spasticité, la dystonie cervicale et le blépharospasme ou le spasme hémifacial. Un rapport de conversion plus élevé peut entraîner un surdosage d’ABO. Bien que rare, une propagation à distance peut se produire ; cependant, on pense que plusieurs facteurs autres que la préparation pharmaceutique affectent la propagation. Enfin, alors que les trois produits ont une efficacité similaire lorsqu’ils sont correctement dosés, ABO a un meilleur profil coût-efficacité.

Les injections de neurotoxine botulique sont un traitement précieux pour de nombreuses indications thérapeutiques et ont révolutionné le traitement de la spasticité et de la dystonie. La toxine botulique est produite par la fermentation anaérobie de la bactérie Clostridium botulinum. Un certain nombre de souches différentes de C. botulinum ont été identifiées ; elles produisent huit sérotypes immunologiquement distincts (type A-H) et consistent en la neurotoxine botulique complexée avec un certain nombre de protéines associées.
Les préparations de neurotoxine de type A sont les plus largement utilisées pour les applications thérapeutiques. Il existe actuellement trois produits de neurotoxine botulinique de type A (BoNT/A) de premier plan sur le marché dans l’hémisphère occidental : l’onabotulinumtoxine A (ONA ; Botox/Vistabel, Allergan Inc., Irvine, CA), la toxine abobotulique A (ABO ; Dysport/Ipsen Limited, Slough Berkshire), et la toxine incobotulique A (INCO ; Xeomin/Bocouture, Merz Pharmaceuticals GmbH, Francfort).
Dans la nature, la BoNT-A est synthétisée sous forme de complexes protéiques macromoléculaires. Ces complexes protéiques sont appelés toxines progénitrices et consistent en des protéines accessoires non toxiques (PAT) liées à la neurotoxine active de 150 kD. Les toxines précurseurs BoNT-A ont un poids moléculaire variable (300-900 kD) qui dépend de la composition des PNA et du procédé de fabrication. La neurotoxine de 150 kD doit se dissocier des PNA pour exercer ses effets pharmacologiques. La dissociation se produit dans des conditions de pH physiologique.
Bien qu’il n’y ait pas de différences nettes d’efficacité entre les différentes formulations, leur comparabilité est intensément débattue. La présente étude n’a pas été conçue comme une analyse systématique de l’efficacité et de la sécurité des différentes préparations. Nous nous sommes plutôt concentrés sur leur comparabilité. En particulier, nous avons examiné les questions cliniques de la puissance et des ratios de conversion, ainsi que les questions de sécurité telles que la propagation des toxines et l’immunogénicité, afin de fournir des informations sur l’utilisation de BoNT-A dans la pratique clinique.

2. Puissance
Bien que les différents produits BoNT-A diffèrent dans la composition des PNA, la neurotoxine de 150 kD est la partie active qui inhibe en fin de compte la libération d’acétylcholine. Comme la fraction toxique est la même dans toutes les préparations pharmaceutiques, les différences de puissance dépendent de la quantité de toxine active disponible. Pour être pleinement activée, la neurotoxine à chaîne unique de 150 kD doit être séparée du complexe protéique. Toutes les formulations BoNT-A disponibles dans le commerce sont composées de la neurotoxine de 150 kD avec des PNA, à l’exception d’INCO, qui ne contient que la neurotoxine de 150 kD. Cependant, le processus de fabrication peut affecter la quantité de toxine active ; par exemple, les enzymes ajoutées pour augmenter le pourcentage de toxine active clivée peuvent dénaturer la protéine neurotoxique elle-même.
Les formulations BoNT-A disponibles sur le plan thérapeutique contiennent des pourcentages variables de toxine inactive qui contribuent à la charge protéique globale sans pour autant contribuer à l’efficacité. Pour cette raison, l’activité est exprimée en unités biologiques. L’activité est liée à la quantité de toxine (en ng de protéine, c’est-à-dire 150 kD de neurotoxine, y compris les PNA) nécessaire pour atteindre une unité de dose létale médiane (DL50). Cependant, de nombreux facteurs affectent le test biologique LD50 sur souris, notamment la souche de souris, le sexe, l’âge, le volume et la voie d’injection, le moment de l’examen après l’injection et le véhicule d’administration ou le tampon de reconstitution. De plus, les unités DL50 des produits BoNT ne sont pas normalisées entre les fabricants. En raison du manque d’harmonisation des tests biologiques de la DL50, les puissances unitaires des formulations de BoNT ne peuvent pas être facilement comparées. Pour cette raison, les médecins doivent considérer que bien que la molécule active soit la neurotoxine botulique de type A, différentes formes du complexe peuvent affecter la puissance et les profils thérapeutiques. Il est important de considérer que cet examen est uniquement basé sur de petits essais cliniques non contrôlés (pas de comparaison directe), et que tout changement de produit doit être basé sur les informations approuvées du produit. Plus important encore, les médecins pourraient mettre les patients en danger s’ils établissent incorrectement l’équivalence de dose.
Malgré les difficultés liées aux unités biologiques, les comparaisons les plus instructives de produits contenant du BoNT-A ont été faites dans le cadre d’études cliniques.

3. Équivalence de dose
Bien qu’il soit difficile d’établir les puissances comparatives, le rapport d’équivalence de la dose doit être établi. Les raisons d’identifier un facteur de conversion sont médicales (c’est-à-dire que les patients peuvent avoir besoin de passer à une autre formulation) ainsi qu’économiques (un facteur de conversion incorrect peut avoir un impact négatif sur le coût réel du traitement), puisque chaque formulation de BoNT-A contient des quantités différentes de la toxine de 150 kD (et des PNA)/unité DL50 (tableau 1).

INCO s’est révélé aussi efficace que l’ONA avec un profil d’effets indésirables comparable lorsqu’un ratio de conversion clinique de 1:1 ou 1:1,2 était utilisé. Les données cliniques sont cohérentes avec les données de comparabilité préclinique [2,12]. Ainsi, les analyses cliniques et précliniques ont démontré un rapport de conversion clinique entre ONA et INCO très proche de 1:1.
En revanche, le rapport de conversion entre ONA (ou INCO, par conséquent) et ABO est très controversé. Même si les ratios de conversion les plus souvent cités sont de 1:3 ou 1:4, ils vont de 1:1. Cette large gamme de ratios de conversion reflète la pratique clinique réelle ; le médecin traitant détermine le nombre de muscles à traiter et la dose empirique en fonction de l’état de la maladie de chaque patient, de son type de déficience et des objectifs du traitement.
Bien que les différents produits BoNT diffèrent en ce qui concerne la composition des PNA, les toxines inhibent en fin de compte la libération d’acétylcholine. La teneur en toxines actives étant établie pour chaque produit, un taux de conversion doit être défini. Une estimation plus précise des taux de conversion devrait également garantir l’élaboration de données cliniques comparables sur l’efficacité et la sécurité des formulations de BoNT-A actuellement disponibles, étant donné qu’elles ont des efficacités cliniques et des effets secondaires qualitativement et quantitativement similaires à des doses équipotentes.
Un grand nombre d’études ont fait état d’un facteur de conversion ONA:ABO de 1:3. Afin d’établir un facteur de conversion approprié, nous avons évalué l’efficacité et la sécurité dans des études utilisant un facteur de conversion >1:3.
Toutes les études pertinentes utilisant un facteur de conversion ONA:ABO ≤1:3 ont fait état d’une équivalence clinique. De plus, lorsque le facteur de conversion est proche de 1:3, ABO montre une efficacité supérieure, ce qui indique que le facteur de conversion est plutôt inférieur que égal à 1:3. Plus intéressantes encore sont les études dans lesquelles le facteur de conversion était supérieur à 1:3. Dans ces études, il est clair que l’ABO a montré une plus grande efficacité et une durée d’action plus longue que l’ONA, mais avec plus d’effets indésirables, en démontrant que le ratio de conversion >1:3 détermine un surdosage d’ABO.
Études utilisant un facteur de conversion ONA:ABO ≤1:3.
Ces données cliniques sont cohérentes avec les données précliniques où un ratio de conversion ONA/ABO de 1:3 ou moins a été trouvé.
Un ratio de conversion ONA:ABO de 1:4 ou plus a été adopté empiriquement dans la pratique clinique avant la disponibilité de données cliniques substantielles. Les données actuelles suggèrent qu’un ratio de conversion de 1:3 ou même inférieur pourrait être approprié pour le traitement de la spasticité, de la dystonie cervicale et du blépharospasme ou du spasme hémifacial. Un taux de conversion plus élevé peut entraîner une dose ABO excessive et le risque d’une incidence accrue d’effets indésirables ou d’un sous-dosage lors du passage de l’ABO à l’ONA.

4. Propagation des toxines
La propagation de la toxine (également appelée diffusion et champ d’effet) décrit l’effet de la toxine sur des zones éloignées du site d’injection. La diffusion de la toxine vers des zones contiguës pourrait être indésirable car elle peut augmenter le risque d’effets indésirables. Par exemple, la propagation à partir d’injections dans la musculature cervicale ou craniofaciale peut induire une diplopie, une dysarthrie ou une dysphagie.

Bien que peu fréquente, la propagation à distance peut provoquer un blocage neuromusculaire involontaire au niveau des structures anatomiques éloignées du site d’injection. Par exemple, des symptômes de botulisme systémique tels que la dysphagie peuvent se produire lorsque la toxine est injectée à un site distant (par exemple, les membres inférieurs pour la spasticité). Le risque potentiel d’effets indésirables dus à la propagation de la toxine est décrit dans l’étiquetage de chaque produit BoNT-A. Le mécanisme de ce phénomène reste inconnu.
Toute différence potentielle dans les caractéristiques de propagation des toxines et le champ de dénervation parmi les produits BoNT serait cliniquement pertinente. Des différences dans le potentiel de propagation contiguë entre les produits BoNT ont été étudiées, mais il n’y a pas de preuve à ce jour qui différencie les différents produits. On pense que la diffusion de la neurotoxine dans les tissus adjacents est plus lente avec le complexe de poids moléculaire élevé qu’avec la neurotoxine de poids moléculaire plus faible ou la neurotoxine libre. Théoriquement, l’ONA avec la taille de complexe la plus élevée de 900 kD devrait être moins diffusible, tandis que INCO contenant seulement la neurotoxine de 150 kD (sans PNA) devrait être le plus diffusible avec un taux plus élevé d’effets secondaires liés à la propagation de la toxine, mais cela n’a pas été prouvé. La taille des progéniteurs de toxines peut être sans importance en ce qui concerne la diffusion des toxines car tous les complexes progéniteurs BoNT se dissocient immédiatement après l’injection dans un environnement physiologique. En fait, la dissociation se produit probablement dans le flacon lors de la reconstitution avec une solution saline normale (44). Ceci est cohérent avec les données d’un modèle animal, dans lequel il n’y avait pas de différences significatives dans le champ d’effet entre ABO, INCO et ONA. Plusieurs facteurs autres que la préparation pharmaceutique, tels que la dose clinique, la concentration de la solution, la technique d’injection, le type de site cible, l’emplacement de l’injection dans le muscle, le niveau d’hyperactivité musculaire, la profondeur de l’injection et l’utilisation d’un massage post-injection sont censés affecter le potentiel de propagation contiguë.

5. Immunogénicité
Une raison importante de l’échec du traitement secondaire de toute protéine thérapeutique est sa neutralisation. Les anticorps qui bloquent ses effets pharmacologiques sont appelés anticorps neutralisants ou bloquants et sont dirigés contre la toxine active. L’effet clinique peut s’atténuer progressivement, pour finalement aboutir à un échec complet du traitement.
Dans une étude portant sur 27 patients dont l’échec thérapeutique complet était dû à des anticorps neutralisants, la majorité (81 %) des patients avaient déjà connu un échec thérapeutique partiel dû à des anticorps. La plupart des patients de cette étude ont développé un échec complet du traitement dans les 40 mois suivant le début du traitement à la toxine botulique. Cependant, une étude plus récente a rapporté un bénéfice clinique moyen élevé, basé sur une échelle de 0 à 3 (0 = aucun effet, 1 = léger, 2 = modéré, et 3 = amélioration marquée) similaire pour ABO (2,5 ± 0,3) et ONA (2,2 ± 0,4), et <2 % des patients ont développé des anticorps neutralisants. Dans une autre étude, les anticorps BoNT-A n’ont été détectés chez aucun des patients de l’étude.
Le débat sur l’immunogénicité inclut le rôle des protéines non toxiques de clostridium, appelées collectivement protéines complexantes ou protéines associées à des neurotoxines (PAN). Dans des conditions de pH physiologiques, les protéines complexantes se dissocient presque complètement de la neurotoxine après constitution avec du sérum physiologique et même avant injection dans le tissu cible (44,52). Par conséquent, les protéines complexantes ne devraient pas modifier les résultats cliniques, et les anticorps spécifiques générés contre les protéines complexantes sont dits non neutralisants et ne devraient pas affecter la réponse secondaire. Cependant, il a été avancé que les protéines complexantes peuvent augmenter la charge protéique bactérienne et peuvent potentiellement augmenter le risque immunogène de neutralisation de la formation d’anticorps. Bien que plusieurs études aient été réalisées, il n’est pas clairement démontré que les PNA peuvent modifier l’immunogénicité de la toxine active. Cependant, ces études ont révélé que le complexe de toxoïdes est plus immunogène que la neurotoxine purifiée. Cela pourrait être pertinent compte tenu du fait qu’une réactivité croisée peut se produire entre l’anatoxine et la toxine. L’immunogénicité des composants de l’anatoxine est pertinente puisque les composants de l’anatoxine (c’est-à-dire la neurotoxine inactive, mais pas par inactivation du formaldéhyde) se trouvent dans certains produits commerciaux de la toxine botulinique. L’ONA est unique parmi les formulations de BoNT-A dans la mesure où elle est séchée sous vide par un processus impliquant du chlorure de sodium, ce qui peut avoir un effet néfaste sur l’activité de la neurotoxine (57) et peut être responsable de sa teneur plus élevée en toxoïdes (neurotoxine inactive). Malgré les considérations mentionnées ci-dessus, le risque d’immunogénicité de l’ONA est très faible dans la pratique clinique, comme l’indique une vaste étude de données (58).

6. Considérations pharmacoéconomiques
On estime que les coûts de traitement des patients souffrant de lésions des motoneurones supérieurs et de spasticité sont quatre fois plus élevés que pour ceux qui ne souffrent pas de spasticité ou de dystonie. Les coûts liés à la spasticité comprennent généralement les coûts du traitement conventionnel, y compris l’hospitalisation, la thérapie de réadaptation et la pharmacothérapie.
L’utilisation du BoNT-A est considérée comme un traitement pharmaceutique antispasmodique efficace et potentiellement rentable en complément du traitement conventionnel. Comme mentionné ci-dessus, il existe des variations dans la composition, les propriétés et le coût des trois BoNT-A utilisés pour gérer la spasticité.
Certaines études ont évalué le coût par patient des trois BoNT-A. Roze et al (65) ont comparé le coût par patient et par injection de Dysport et de Botox dans 19 pays. Les doses recommandées dans le résumé des caractéristiques du produit sont de 1000 U et 300 U par patient, respectivement. Le coût par patient par injection pour la spasticité des membres supérieurs était inférieur pour le Dysport par rapport au Botox dans 18 (95%) des 19 pays (moyenne de 17% de moins d’un pays à l’autre). La différence était de 20 % ou plus dans près de la moitié (47 %) des pays. Les analyses de sensibilité tenant compte des dosages disponibles dans le “monde réel” ont montré des résultats cohérents, le Dysport étant moins coûteux que le Botox dans les 19 pays. Les auteurs ont conclu que des économies substantielles pourraient être réalisées en utilisant Dysport pour traiter la spasticité des membres supérieurs.
Abogunrin et al (66) ont récemment développé un modèle d’impact budgétaire pour évaluer l’effet de l’évolution des parts de marché des différentes formulations de BoNT-A (ABO, ONA et INCO) et les meilleurs soins de soutien du point de vue du payeur britannique. Les résultats montrent que le traitement par BoNT-A coûte moins cher que les meilleurs soins de soutien par patient et par an, bien que le traitement d’un patient avec ONA (20 861 £) et INCO (20 717 £) coûte plus cher par patient et par an que ABO (19 800 £). Les auteurs ont conclu que l’utilisation accrue de l’ABO pour la spasticité des membres supérieurs pourrait potentiellement réduire le coût total de la spasticité des membres supérieurs pour le système de santé et la société.
En ce qui concerne la dystonie, la toxine botulique est considérée comme un médicament coûteux aux effets bénéfiques. D’un point de vue sociétal, les coûts pourraient bien valoir la qualité de vie retrouvée. Cependant, la littérature disponible concernant les coûts, la qualité de vie liée à la santé et la participation au travail est très limitée. Deux rapports récents ont évalué les coûts comparatifs de la toxine botulique de type A. L’un d’eux a évalué une analyse coût-utilité des produits BONT-A pour le traitement de la dystonie cervicale. Les trois agents à base de toxine botulique de type A étaient tous rentables à un seuil de consentement à payer de 100 000 dollars par année de vie pondérée par la qualité (QALY). Xeomin était le plus rentable avec un rapport coût-efficacité de 27 548 dollars par QALY. Le Dysport a eu le deuxième rapport coût-efficacité le plus bas (36 678 $), suivi du Botox (49 337 $). D’autre part, dans une étude rétrospective [68] incluant des patients atteints de blépharospasme (n = 19), de dystonie cervicale (n = 122), de spasme hémifacial (n = 91) et de dystonie segmentaire/généralisée (n = 19), le passage de ABO à INCO a permis de réduire les coûts de traitement. Bien qu’aucune conversion de dose exacte ne soit disponible, les deux études ont fait état d’une équivalence de dose de 4:1 entre Botox/Xeomin et Dysport. Enfin, dans une autre étude récente, INCO administré à des intervalles de traitement flexibles déterminés par les besoins du patient s’est révélé être une option de traitement rentable par rapport à l’administration d’ONA dans le système de soins de santé australien.

7. Conclusions
La thérapie BoNT est considérée comme une thérapie de première ligne pour un certain nombre d’affections musculaires hyperactives telles que la spasticité des membres supérieurs et inférieurs, les dystonies focales telles que la dystonie cervicale et le blépharospasme, et le spasme hémifacial. Elle présente une efficacité et une sécurité supérieures à celles des thérapies médicales standard (par exemple, les antispasmodiques, les relaxants musculaires, les neurolytiques) ou des interventions chirurgicales. La puissance pharmacologique, la haute spécificité et la longue durée de BoNT-A font de ces toxines des agents thérapeutiques remarquablement efficaces pour gérer les troubles caractérisés par une hyperactivité musculaire. Il existe trois produits contenant du BoNT-A sur le marché : Botox, Dysport et Xeomin. Ces trois préparations ont des mécanismes d’action similaires. La principale différence entre elles concerne la puissance et la présence ou l’absence de protéines complexantes ; l’équivalence de dose est donc importante dans la pratique clinique. ONA et INCO ont des efficacités comparables avec un rapport de conversion de 1:1 et ont démontré une équivalence thérapeutique dans différentes indications, notamment la dystonie cervicale et le blépharospasme. Un rapport de conversion ONA à ABO ≤1:3 doit être considéré comme le plus approprié. L’immunogénicité est un autre facteur qui peut affecter l’efficacité clinique après des injections répétées. Enfin, alors que les trois BONT-A ont une efficacité similaire lorsqu’ils sont correctement dosés, ABO a un meilleur profil coût-efficacité.

En conclusion, il semble important de rappeler que la comparabilité entre les différentes préparations BONT-A a été déterminée par des méthodes indirectes et comme il n’existe pas de test de puissance standardisé pour les trois produits, des essais cliniques sont nécessaires pour établir le taux de conversion exact.

Deuxième étape

En cas d’échec du traitement après la première séance de traitement, c’est-à-dire en cas d’absence, un mois après l’injection, d’amélioration clinique significative par rapport à la situation de départ, les mesures suivantes doivent être prises :

– Vérification clinique, qui peut inclure un examen électromyographique dans un cadre spécialisé, de l’action de la toxine sur le(s) muscle(s) injecté(s) ;

– Analyse des causes de l’échec, par exemple mauvaise sélection des muscles à injecter, dose insuffisante, mauvaise technique d’injection, apparition d’une contracture fixe, muscles antagonistes trop faibles, formation d’anticorps neutralisant la toxine ;

– Réévaluation de la pertinence du traitement par la toxine botulique de type A ;

– En l’absence de tout effet indésirable secondaire à la première séance de traitement, instituer une deuxième séance de traitement comme suit : i) ajuster la dose, en tenant compte de l’analyse de l’échec du traitement antérieur ; ii) utiliser l’EMG ; et iii) maintenir un intervalle de trois mois entre les deux séances de traitement.

En cas d’échec du traitement ou de diminution de l’effet suite à des injections répétées, d’autres méthodes de traitement doivent être utilisées.

Lors du traitement de patients adultes pour des indications multiples, la dose cumulative maximale ne doit pas dépasser 400 unités dans un intervalle de 12 semaines.

4.3 Contre-indications
– une hypersensibilité connue à la toxine botulique de type A ou à l’un des excipients énumérés au point 6.1 ;

– présence d’une infection au(x) site(s) d’injection proposé(s).

Pour la prise en charge des troubles de la vessie :

– infection des voies urinaires au moment du traitement ;

– rétention urinaire aiguë au moment du traitement, chez les patients qui ne se font pas sonder systématiquement ;

– les patients qui ne veulent pas et/ou ne peuvent pas entamer un sondage après le traitement si nécessaire ;

– présence de calculs vésicaux.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi
Les doses et fréquences d’administration recommandées de BOTOX ne doivent pas être dépassées en raison du risque de surdosage, de la faiblesse musculaire exagérée, de la propagation à distance de la toxine et de la formation d’anticorps neutralisants. Le dosage initial chez les patients naïfs de traitement doit commencer par la dose la plus faible recommandée pour l’indication spécifique.

Les prescripteurs et les patients doivent être conscients que des effets secondaires peuvent survenir malgré une bonne tolérance des injections précédentes. Il convient donc de faire preuve de prudence à l’occasion de chaque administration.

Des effets secondaires liés à la propagation de la toxine loin du site d’administration ont été signalés (voir section 4.8), entraînant parfois la mort, qui dans certains cas était associée à une dysphagie, une pneumonie et/ou une débilité importante.

Les symptômes correspondent au mécanisme d’action de la toxine botulique et ont été signalés quelques heures ou semaines après l’injection. Le risque de symptômes est probablement plus élevé chez les patients qui présentent des affections sous-jacentes et des comorbidités qui les prédisposeraient à ces symptômes, notamment les enfants et les adultes traités pour une spasticité, et qui sont traités à fortes doses.

Les patients traités avec des doses thérapeutiques peuvent également présenter une faiblesse musculaire exagérée.

Les patients âgés et affaiblis doivent être traités avec prudence. En général, les études cliniques sur le BOTOX n’ont pas mis en évidence de différences dans les réponses entre les patients âgés et les patients plus jeunes, à l’exception des lignes faciales (voir section 5.1). La sélection de la dose pour un patient âgé doit être prudente, en commençant généralement par la partie inférieure de la gamme de dosage.

Il convient de tenir compte des implications en termes de risques et de bénéfices pour chaque patient avant d’entreprendre un traitement au BOTOX.

Des cas de dysphagie ont également été signalés à la suite d’injections dans des sites autres que la musculature cervicale (voir section 4.4 “Dystonie cervicale”).

Le BOTOX ne doit être utilisé qu’avec une extrême prudence et sous étroite surveillance chez les patients présentant des signes subcliniques ou cliniques de transmission neuromusculaire défectueuse, par exemple la myasthénie grave ou le syndrome de Lambert-Eaton, chez les patients atteints de maladies neuropathiques motrices périphériques (par exemple la sclérose latérale amyotrophique ou la neuropathie motrice) et chez les patients souffrant de troubles neurologiques sous-jacents. Ces patients peuvent présenter une sensibilité accrue à des agents tels que le BOTOX, même à des doses thérapeutiques, ce qui peut entraîner une faiblesse musculaire excessive et un risque accru d’effets systémiques cliniquement significatifs, notamment une dysphagie grave et une atteinte respiratoire. Le produit à base de toxine botulique doit être utilisé sous la supervision d’un spécialiste chez ces patients et ne doit être utilisé que si l’on considère que les avantages du traitement l’emportent sur les risques. Les patients ayant des antécédents de dysphagie et d’aspiration doivent être traités avec une extrême prudence.

Il faut conseiller aux patients ou aux soignants de consulter immédiatement un médecin en cas de troubles de la déglutition, de l’élocution ou des voies respiratoires.

Comme pour tout traitement susceptible de permettre à des patients précédemment sédentaires de reprendre leurs activités, il convient d’avertir le patient sédentaire de reprendre ses activités progressivement.

L’anatomie concernée et toute altération de l’anatomie due à des procédures chirurgicales antérieures doivent être comprises avant l’administration du BOTOX et l’injection dans des structures anatomiques vulnérables doit être évitée.

Un pneumothorax associé à une procédure d’injection a été signalé à la suite de l’administration de BOTOX près du thorax.

La prudence est de mise lors de l’injection à proximité du poumon (en particulier les apex) ou d’autres structures anatomiques vulnérables.

Des effets indésirables graves, y compris des issues fatales, ont été signalés chez des patients qui avaient reçu des injections de BOTOX non indiquées sur l’étiquette directement dans les glandes salivaires, la région oro-linguale et pharyngée, l’œsophage et l’estomac. Certains patients présentaient une dysphagie préexistante ou une débilité importante.

Des réactions d’hypersensibilité graves et/ou immédiates ont été rarement signalées, notamment l’anaphylaxie, la maladie sérique, l’urticaire, l’œdème des tissus mous et la dyspnée. Certaines de ces réactions ont été signalées à la suite de l’utilisation du BOTOX, soit seul, soit en association avec d’autres produits associés à des réactions similaires. Si une telle réaction se produit, l’injection de BOTOX doit être interrompue et un traitement médical approprié, tel que l’épinéphrine, doit être immédiatement mis en place. Un cas d’anaphylaxie a été signalé dans lequel le patient est décédé après avoir reçu une injection de BOTOX dilué de manière inappropriée avec 5 ml de lidocaïne à 1%.

Comme pour toute injection, des lésions liées à la procédure peuvent survenir. Une injection peut entraîner une infection localisée, une douleur, une inflammation, une paresthésie, une hypoesthésie, une sensibilité, un gonflement, un érythème et/ou des saignements/bruits. La douleur et/ou l’anxiété liées à l’aiguille peuvent entraîner des réactions vasovagales, par exemple une syncope, une hypotension, etc.

La prudence s’impose lorsque le BOTOX est utilisé en présence d’une inflammation au(x) site(s) d’injection proposé(s) ou en cas de faiblesse ou d’atrophie excessive du muscle cible. Il faut également faire preuve de prudence lorsque le BOTOX est utilisé pour le traitement de patients atteints de maladies neuropathiques motrices périphériques (par exemple, sclérose latérale amyotrophique ou neuropathie motrice).

On a signalé des effets indésirables après l’administration de BOTOX impliquant le système cardiovasculaire, notamment des arythmies et des infarctus du myocarde, dont certains ont été mortels. Certains de ces patients présentaient des facteurs de risque, notamment une maladie cardiovasculaire préexistante.

De nouvelles crises ou des récidives ont été signalées, généralement chez des patients qui sont prédisposés à subir ces événements. La relation exacte de ces événements avec l’injection de toxine botulique n’a pas été établie. Les rapports chez les enfants provenaient principalement de patients atteints d’infirmité motrice cérébrale traités pour la spasticité.

La formation d’anticorps neutralisants contre la toxine botulique de type A peut réduire l’efficacité du traitement au BOTOX en inactivant l’activité biologique de la toxine. Les résultats de certaines études suggèrent que des injections de BOTOX à des intervalles plus fréquents ou à des doses plus élevées peuvent entraîner une plus grande incidence de formation d’anticorps. Le cas échéant, le potentiel de formation d’anticorps peut être minimisé en injectant la plus faible dose efficace administrée aux intervalles les plus longs cliniquement indiqués entre les injections.

Les fluctuations cliniques lors de l’utilisation répétée du BOTOX (comme pour toutes les toxines botuliques) peuvent être le résultat de différentes procédures de reconstitution des flacons, d’intervalles entre les injections, de muscles injectés et de valeurs de puissance légèrement différentes données par la méthode d’essai biologique utilisée.

Utilisation pédiatrique

La sécurité et l’efficacité du BOTOX dans des indications autres que celles décrites pour la population pédiatrique au point 4.1 n’ont pas été établies. Des rapports de post-commercialisation faisant état d’une possible propagation à distance de la toxine ont été très rarement signalés chez des patients pédiatriques présentant des comorbidités, principalement une infirmité motrice cérébrale. En général, la dose utilisée dans ces cas était supérieure à celle recommandée (voir section 4.8).

De rares cas de décès spontanés parfois associés à une pneumonie par aspiration ont été signalés chez des enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale grave après un traitement à la toxine botulique, y compris après une utilisation non conforme à l’étiquette (par exemple dans la région du cou). Il convient de faire preuve d’une extrême prudence lors du traitement de patients pédiatriques qui présentent une importante débilité neurologique, une dysphagie ou des antécédents récents de pneumonie par aspiration ou de maladie pulmonaire.

Le traitement des patients dont l’état de santé sous-jacent est médiocre ne doit être administré que si l’on considère que les avantages potentiels pour le patient l’emportent sur les risques.

LES TROUBLES NEUROLOGIQUES

Spasticité focale associée à la paralysie cérébrale chez l’enfant et spasticité focale de la cheville et du pied, de la main et du poignet chez l’adulte après un AVC

Le BOTOX est un traitement de la spasticité focale qui n’a été étudié qu’en association avec les schémas de soins habituels, et n’est pas destiné à remplacer ces modalités de traitement. Le BOTOX n’est pas susceptible d’être efficace pour améliorer l’amplitude des mouvements d’une articulation affectée par une contracture fixe.

LES AFFECTIONS DE LA PEAU ET DES ANNEXES CUTANÉES

Hyperhidrose primaire des aisselles

Les antécédents médicaux et l’examen physique, ainsi que des investigations supplémentaires spécifiques si nécessaire, doivent être effectués pour exclure les causes potentielles d’hyperhidrose secondaire (par exemple, hyperthyroïdie, phaéochromocytome). Cela permettra d’éviter le traitement symptomatique de l’hyperhidrose sans diagnostic et/ou traitement de la maladie sous-jacente.

Lignes glabellaires vues au maximum du froncement des sourcils et/ou des pattes d’oie lignes vues au maximum du sourire et/ou du front lignes vues au maximum de l’élévation des sourcils

Il est obligatoire que le BOTOX ne soit utilisé que pour un seul traitement de patient au cours d’une seule séance. L’excédent de produit non utilisé doit être éliminé comme indiqué au point 6.6. Des précautions particulières doivent être prises pour la préparation et l’administration du produit ainsi que pour l’inactivation et l’élimination de la solution inutilisée restante (voir section 6.6).

L’utilisation du BOTOX n’est pas recommandée chez les personnes de moins de 18 ans. Il existe des données cliniques limitées de phase 3 avec le BOTOX chez les patients de plus de 65 ans.

Il convient de veiller à ce que le BOTOX ne soit pas injecté dans un vaisseau sanguin lorsqu’il est injecté dans la glabelle (froncement de sourcils maximum), dans les pattes d’oie (sourire maximum) ou dans les lignes frontales (élévation maximum des sourcils) (voir section 4.2). Il existe un risque de ptose des paupières après le traitement, voir la section 4.2 pour les instructions d’administration sur la manière de minimiser ce risque.

4.5 Interaction avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction
Théoriquement, l’effet de la toxine botulique peut être potentialisé par les antibiotiques aminoglycosidiques ou la spectinomycine, ou d’autres médicaments qui interfèrent avec la transmission neuromusculaire (par exemple les agents bloquants neuromusculaires).

L’effet de l’administration de différents sérotypes de neurotoxine botulinique en même temps ou à plusieurs mois d’intervalle est inconnu. Une faiblesse neuromusculaire excessive peut être exacerbée par l’administration d’une autre toxine botulique avant la résolution des effets d’une toxine botulique administrée précédemment.

Aucune étude d’interaction n’a été réalisée. Aucune interaction d’importance clinique n’a été signalée.

Il n’existe aucune donnée sur l’utilisation concomitante d’anticholinergiques et d’injections de BOTOX dans la gestion de l’hyperactivité vésicale.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement
Il n’existe pas de données adéquates sur l’utilisation de la toxine botulique de type A chez les femmes enceintes. Des études sur les animaux ont montré une toxicité pour la reproduction (voir section 5.3). Le risque potentiel pour l’homme est inconnu. Le BOTOX n’est pas recommandé pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer qui n’utilisent pas de moyens de contraception.

Il n’y a pas d’information sur l’excrétion du BOTOX dans le lait maternel. L’utilisation du BOTOX pendant l’allaitement ne peut être recommandée.

Fertilité

Il n’existe pas de données adéquates sur les effets sur la fertilité de l’utilisation de la toxine botulique de type A chez les femmes en âge de procréer. Des études sur des rats mâles et femelles ont montré des réductions de la fertilité (voir section 5.3).

4.7 Effets sur la capacité à conduire et à utiliser des machines
Aucune étude sur les effets sur la capacité à conduire et à utiliser des machines n’a été réalisée. Cependant, le BOTOX peut provoquer de l’asthénie, une faiblesse musculaire, de la somnolence, des vertiges et des troubles visuels, qui pourraient affecter la conduite et l’utilisation de machines.

 

Botox Paris

Voir aussi : https://centremarceau.com, https://www.victoire-haussmann.com, https://www.dr-montoneri.fr, https://www.docteur-bernard-hayot.com, https://www.crpce.com, https://www.marais-esthetique.fr

Faire une augmentation mammaire à Paris ?

augmentation-mammaire-paris

L’augmentation mammaire et le remodelage des seins sont très demandés en chirurgie esthétique sur tous les marchés mondiaux et sont pratiqués depuis cinquante ans. C’est la chirurgie la plus courante : aux États-Unis, on en pratique 350 000 par an. Au cours du développement de la chirurgie esthétique, les technologies et les méthodes de levage et de remodelage des seins ont changé, et nous connaissons aujourd’hui cinq générations différentes d’implants mammaires, disent-ils dans Imed.

Tout médecin qui se prend en compte et prend en compte sa profession, et surtout les patients, que ce soit en chirurgie esthétique ou dans tout autre domaine, doit suivre les normes et les tendances mondiales. Pour le devenir, les médecins doivent participer à des congrès européens et internationaux, travailler constamment et investir dans leur développement professionnel, ce dont les médecins de la Polyclinique Imed sont conscients. La chirurgie esthétique est une branche très dynamique de la médecine, comme le prouve également le fait que les congrès d’aujourd’hui, organisés pour l’adoption de nouvelles méthodes et une spécialisation plus poussée de la profession, sont déjà disponibles sur une base mensuelle. “Dans la polyclinique Imed, outre la formation professionnelle continue, l’impératif est l’utilisation d’implants mammaires de la plus haute qualité ainsi que d’un équipement complet dans le cas d’une augmentation mammaire et d’une mise en forme, mais aussi d’autres procédures esthétiques”, déclare le Dr Borić.
Modélisation des seins irréguliers

L’augmentation mammaire et le remodelage des seins avec des implants mammaires sont des procédures de routine. Mais même dans ce segment de la chirurgie esthétique, il y a des défis à relever. Le plus grand défi réside dans le remodelage des seins irréguliers, qui nécessite une grande expérience et une bonne évaluation par un expert pour les rendre égaux.

En ce qui concerne l’augmentation mammaire et le modelage, les experts de la polyclinique Imed affirment que l’avenir des implants en silicone dans les dix prochaines années est incontestable. Il existe bien sûr d’autres méthodes d’augmentation et de reconstruction mammaires qui tentent de percer et de s’imposer. Aujourd’hui, la plus grande tendance mondiale en matière d’augmentation mammaire est l’augmentation masticale avec du tissu adipeux (graisse). Après l’intervention esthétique d’augmentation masticale ou mastopexie, les patientes reçoivent une nouvelle silhouette et une nouvelle posture attrayantes, tandis que l’impression générale est une garantie de satisfaction.

Sites Internet à découvrir :

  1. https://www.riccardomarsili.fr/differentes-techniques-daugmentation-mammaire/
  2. https://www.chuv.ch/fr/cpr/cpr-home/patients-et-familles/chirurgie-plastique-et-esthetique/augmentation-mammaire/
  3. https://www.crpce.com/chirurgie-esthetique/augmentation-mammaire
  4. https://www.docteursarfati.com/chirurgie-mammaire/chirurgie-esthetique-mammaire/augmentation-mammaire/#

Prévention des maladies

 

Vers 1900, la santé publique dans les pays occidentaux est désormais liée à la recherche scientifique dans les domaines médical et bactériologique, avec son insistance sur la spécificité des maladies causées par les “germes” et sa connaissance de plus en plus fine de la façon dont chacun d’eux se propage. Le développement moderne de la santé publique, cependant, s’est établi bien plus tôt au cours du XIXe siècle, bien qu’il soit basé sur une conception différente des causes des maladies épidémiques et ait été déterminé davantage par la nécessité de répondre aux conséquences sociales de l’industrialisation et de l’urbanisation que par le simple impératif d’appliquer les connaissances médicales. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, cela est particulièrement évident, puisque le mouvement de santé publique a été rejoint dans un premier temps par un large éventail de professionnels et d’autres catégories de la classe moyenne : avocats, ecclésiastiques, enseignants et riches propriétaires terriens, ainsi que médecins. À la fin du siècle, cependant, la plupart de ces collaborations avaient cessé et l’activité de soins de santé publique s’était définitivement concentrée entre les mains des professionnels de la médecine.
Le concept d'”hygiène”, ensemble de conseils sur la manière dont l’individu peut préserver sa santé et éviter les maladies, a une longue histoire et le souci de la santé publique, notamment en termes de contrôle et de prévention des épidémies, remonte à l’Antiquité. À partir des années 1820 environ, cependant, un certain nombre de facteurs importants ont commencé à apparaître à la suite de l’évolution des conditions sociales : en médecine la situation des travailleurs (y compris des femmes et des enfants) dans les usines avait changé ; les métropoles et les villes en expansion rapide présentaient des problèmes environnementaux qualitativement différents de ceux des banlieues rurales ; la conscience de classe et la distance entre les riches et les pauvres augmentaient progressivement. Les motivations tant laïques que religieuses ont conduit les réformateurs, principalement issus de la classe moyenne, à rechercher et à proposer des remèdes aux nombreux problèmes créés par les nouvelles situations sociales, démographiques et économiques. Le développement des études statistiques au début du XIXe siècle a mis à la disposition des militants un ensemble d’instruments d’analyse puissants pour évaluer de manière “objective” un large éventail de phénomènes sociaux. La menace du choléra en Europe tout au long des années 1920, puis son impact dramatique dans les années 1930, ont montré que, malheureusement, l’ère des épidémies n’était pas terminée.
En Grande-Bretagne, la figure clé du premier mouvement de santé publique était Edwin Chadwick, un avocat qui, en tant que dernier secrétaire de Jeremy Bentham, avait hérité de son engagement à réformer la société selon les principes de l’utilitarisme. Selon Bentham, la bonté et le bonheur coïncident, de sorte que la société devrait être organisée de manière à assurer un maximum de bonheur au plus grand nombre de personnes possible. Après la mort de Bentham en 1832 – l’année des troubles politiques en France, du premier projet de loi de réforme en Grande-Bretagne et de la tragédie de l’épidémie de choléra dans toute l’Europe – Chadwick devient secrétaire de la Poor Law Commission, chargée de réformer le système d’assistance publique, alors encore en activité en vertu des lois promulguées en 1597 et 1601. La nouvelle loi sur les pauvres de 1834 a établi des directives uniformes pour l’ensemble du pays sur la manière de s’occuper des pauvres, en partant du principe qu’en appliquant le principe de “moindre préférence” (les subventions de la loi sur les pauvres devraient être moins généreuses que le minimum que l’on peut obtenir avec un travail), les individus se sentiraient encouragés à être personnellement entreprenants et à travailler pour subvenir à leurs besoins. En même temps, Chadwick et ses collègues ont reconnu que l’état de besoin de l’assistance sociale pouvait être déterminé par la maladie et l’accident, c’est pourquoi chaque hôpital pour mendiants devait être équipé d’une infirmerie contrôlée par un médecin officiel de Poor Law.
En 1834, Chadwick, devenu secrétaire du New Poor Law Board, a été pleinement impliqué dans la mise en œuvre de la loi. Au fil du temps, il a progressivement pris conscience du poids de la maladie dans le processus d’appauvrissement ; il a personnellement mené de nombreuses enquêtes, et en a commandé d’autres, pour analyser en termes quantitatifs la relation entre pauvreté, maladie et décès prématuré. À partir de 1837, date de la création du registre des naissances et des décès, William Farr est un fidèle allié qui établit une analyse annuelle des causes de décès, mettant en évidence la tendance au niveau national et régional. Chadwick a systématiquement exposé ses idées dans le Rapport sur l’état sanitaire de la population active de Grande-Bretagne (1843), dans lequel il a non seulement documenté la relation entre la pauvreté, la maladie et la mort (à Bethnal Green, une banlieue pauvre de Londres, (les membres des classes moyennes meurent à un âge moyen de 45 ans, contre une espérance de vie de 16 ans pour la classe ouvrière), mais il a également souligné combien il était approprié, d’un point de vue social et économique, d’éliminer la source de cette perte de vie inutile, le “mal des transports”.
Chadwick, un défenseur de la théorie myasmatique, a écrit que toute odeur, si elle est intense, est une maladie aiguë immédiate et a attribué les maladies épidémiques aux conditions surpeuplées et malsaines dans lesquelles les pauvres vivent et travaillent. Ses solutions étaient directes et simples : il fallait amener de l’eau propre dans les maisons et enlever le fumier, en suspension dans l’eau, au moyen de tuyaux émaillés qui ne permettaient aucune infiltration dans le sol. Il a également suggéré que les fèces, riches en guano, soient pompées en pleine campagne pour y être travaillées et que l’engrais obtenu soit vendu aux agriculteurs ; les bénéfices serviraient à couvrir une partie des dépenses pour l’amélioration du système sanitaire. En ajoutant simplement de l’eau courante et des toilettes dans les maisons des travailleurs pauvres, Chadwick pensait que l’incidence des épidémies de saleté pourrait être réduite de plus de moitié, ce qui augmenterait la productivité et réduirait la proportion des pauvres. Cela profiterait à toutes les classes sociales simultanément.
Les années 1940 ont été marquées par des bouleversements sociaux et de mauvaises récoltes – elles sont entrées dans l’histoire avec la sombre qualification de “années 1940 affamées” – et un groupe de pression qui s’était donné le nom d’Association pour la santé des villes a soutenu la nécessité d’une réforme, en compilant continuellement de sombres statistiques sociales. En 1848, l’année de la deuxième épidémie de choléra, le Parlement a autorisé la création d’un Conseil central de la santé, qui comptait Chadwick parmi ses membres. Les pouvoirs de cet organe sont essentiellement consultatifs, mais il est décidé que dans les régions où le taux de mortalité dépasse vingt-trois pour mille, des médecins responsables de la santé publique (MOH, Medical Officers of Health) seront nommés ; ils représentent le point de départ du service de santé, qui couvrira à terme l’ensemble du pays. La défense inlassable de Chadwick contre la centralisation du pouvoir dans ce domaine et son engagement plus ferme à soutenir les lois qui mettent en œuvre des mesures visant à changer la situation de la santé publique l’ont rendu impopulaire auprès de nombreux politiciens et adultes locaux. En 1854, Chadwick prend sa retraite et est remplacé au sein du comité reconstitué par John Simon qui, depuis 1848, avait exercé avec succès les fonctions de médecin au service de la santé publique de Londres.
Simon avait atteint de nombreux objectifs grâce à son ascendant personnel et à sa conviction libérale que les hommes de bonne volonté pouvaient être éduqués pour travailler dans l’intérêt public. Plus habile politiquement que Chadwick, il a inspiré et dirigé le développement de ce qui allait devenir le système de services de santé publique le plus complet du monde dans les années 1970, pendant les deux décennies qu’il a passées au gouvernement central (1854-1876). Chirurgien et pathologiste, Simon était conscient de la complexité de la maladie, tant chez les individus que dans les populations. Alors que Chadwick a soutenu la théorie myasmatique jusqu’à sa mort (1890), Simon a suivi les dernières doctrines de la théorie des germes et son écriture passionnée contrastait avec le style lourdement bureaucratique de son prédécesseur. Il est également venu se convaincre de la nécessité d’une législation coercitive afin d’obtenir un réel changement dans les soins de santé. Un bon exemple en est le développement progressif du système de vaccination obligatoire contre la variole, dont l’État est responsable. Simon s’était penché sur l’épidémie de variole en Europe dans les années 50 et, en comparant les différentes statistiques, avait montré que la seule façon d’assurer une protection contre la maladie était d’adopter une politique de vaccination obligatoire généralisée pour les enfants. À la suite de ces observations, les lois britanniques sur la vaccination ont été progressivement étendues et cette pratique est devenue, successivement, facultative, gratuite, universelle et, finalement, obligatoire ; depuis 1871, le système, appelé Victorian National Health Service, était en place ; il exigeait l’identification des sources de vaccins sûrs, la nomination de vaccinateurs publics, la mise en place d’une bureaucratie pour contrôler le service et la recherche de ressources pour le financer. Les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants sont punis par la loi. Simon a fait valoir la nécessité d’imposer cette obligation pour des raisons pragmatiques – c’est le seul moyen de protéger l’ensemble de la communauté – mais son opinion s’est heurtée aux dogmes traditionnels du libéralisme et du laisser-faire et a suscité un mouvement organisé contre la vaccination. En 1907, lorsque la variole ne fut plus perçue comme une menace sérieuse, la réglementation fut assouplie avec l’introduction d’une clause d’objection de conscience, transposée par la suite par la politique britannique de prophylaxie.
Bien que le cas de la vaccination offre l’exemple le plus clair des tensions entre la liberté de choix individuelle et le bien collectif, il n’était certainement pas le seul et, à la fin du régime de Simon, un certain nombre de lois sociales avaient été adoptées sur des questions telles que le travail des enfants, les métiers dangereux, l’évacuation des eaux usées, l’approvisionnement en eau courante, la sophistication des aliments et le logement. La loi sur la santé publique de 1875 a renforcé les lois existantes et a établi le cadre du service de santé publique qui est resté en place jusqu’après la Première Guerre mondiale.
Simon avait personnellement mis en œuvre un changement de l’approche environnementale et d’ingénierie de Chadwick vers une approche plus médicale, et la théorie des germes favorisait la médicalisation de la santé publique. Les brillantes recherches épidémiologiques de John Snow lors des épidémies de choléra de 1848 et 1854 ont montré qu’il ne s’agissait pas simplement d’une des classes indifférenciées de maladies de la saleté, mais d’une maladie spécifique qui se propageait par l’eau contaminée par des résidus fécaux. À partir de 1867, un réseau de connexions entre les hôpitaux publics pour les maladies infectieuses a été établi et la loi de 1889 a introduit l’obligation pour les médecins de signaler les cas de maladies infectieuses importantes. À la fin du siècle, sous le titre “Notification, isolement et désinfection”, un système mondial de contrôle de ce type de maladie était en vigueur.
L’expérience britannique met en évidence un certain nombre de phénomènes que l’on retrouve, avec les changements qui s’imposent, dans toutes les sociétés occidentales. En France, le mouvement des services de santé publique au début du XIXe siècle s’est identifié en pratique à un petit groupe de médecins. L’hygiène en tant que discipline d’étude est légitimée par des chaires établies dans les écoles de médecine réorganisées des années 1890 et Napoléon soutient avec enthousiasme la vaccination, bien qu’elle reste facultative. Avant même que l’épidémie de choléra n’éclate, la fièvre jaune à Cadix et à Barcelone avait conduit au renforcement des contrôles de protection aux frontières nationales par des inspections et des mises en quarantaine. Les recherches menées depuis la fin des années 1920 par Louis-René Villermé (1782-1863) sur la relation entre pauvreté, surpopulation et maladie ont permis de dresser un tableau quantitatif des inégalités sociales. Sa puissante étude sur les conditions sanitaires des travailleurs du textile, publiée deux ans avant l’ouvrage principal de Chadwick, est un classique. Cependant, si les diagnostics sociaux de Villermé étaient solides, on ne peut pas en dire autant de ses solutions : il a insisté sur une réponse libérale par l’éducation et a exhorté les employeurs à offrir des salaires et des conditions d’emploi plus décents ; les travailleurs, quant à eux, doivent être sobres, honnêtes et frugaux. Elle excluait le travail des enfants, considérés comme impuissants et nécessitant la protection de l’État, même si la réglementation du travail des enfants introduite en 1840 était plutôt fade et laissée au contrôle de volontaires non rémunérés. Une série de commissions centrales et municipales, dont un Conseil de Salubrité de Paris (1802) très actif et la Commission Centrale de Santé de 1820, avaient pour tâche d’assurer le service de santé, surtout lors des crises épidémiques, même si l’instabilité politique et les grandes fluctuations des positions idéologiques de l’Etat empêchaient la continuité dans le temps. Le quartier général fournissait des soins médicaux aux pauvres et d’autres services de santé publique.
Bien que Chadwick se soit inspiré du modèle français centraliste de service social à l’époque de la Troisième République (1870), la Grande-Bretagne était en fait beaucoup plus avancée que la France dans ce domaine. Cependant, le prestige de Pasteur et de son école a été d’un grand secours aux efforts de santé publique en France et le Comité consultatif d’hygiène publique a été rétabli dans les années 1970. Henri Monod, administrateur de carrière, était responsable de la santé et des soins publics et, avec la collaboration de plusieurs disciples de Pasteur, dont Charles-Edouard Chamberland, il a pu représenter efficacement les besoins de Pasteur dans les milieux gouvernementaux. Des associations de professionnels de la santé publique et des groupes de pression privés ont promu diverses réformes, notamment dans le domaine de la sécurité périnatale et du bien-être des enfants. La vaccination obligatoire contre la variole a été introduite tardivement dans les forces armées françaises en 1876 (après une épidémie dévastatrice pendant la guerre franco-prussienne) et, à partir de 1887, des certificats de vaccination ont commencé à être exigés pour permettre l’accès à l’enseignement public. Plusieurs questions relatives au service de santé publique, notamment la déclaration de certaines maladies infectieuses, ont été régies par la loi de 1902.
Dans les pays germanophones, le concept de police médicale des Lumières avait trouvé son expression la plus complète dans le monumental System einer vollständigen medicinischen Polizey (Système global de police médicale, 1779-1819) dans lequel Johann Peter Frank considérait pratiquement tous les aspects de la vie humaine, de la naissance à la mort. La vision de Frank était une vision idéale plutôt qu’une description d’une société existante, mais l’association étroite entre la profession médicale et l’État dans les territoires allemands au début du XIXe siècle a fait en sorte que les enseignements de la médecine publique ont été bien reçus. Malgré cette longue tradition de service public chez les médecins et les nombreuses lois promulguées pendant l’épidémie de choléra des années 1930, la plupart des historiens datent le mouvement moderne de santé publique allemand à une période légèrement plus tardive. En 1847, Max Josef von Pettenkofer (1818-1901), jeune médecin devenu chimiste, obtient une chaire de chimie à l’université de Munich. Ses conférences et son travail expérimental se sont progressivement orientés vers la recherche des causes des maladies et des possibilités de prévention, si bien qu’en 1865, sa chaire de chimie a été transformée en chaire d’hygiène, la première dans cette discipline dans les Länder allemands. Plus tard, un institut a été créé spécialement pour lui, également pour l’empêcher d’accepter des offres académiques intéressantes d’autres universités. Pettenkofer était par nature un expérimentateur et consacrait son temps et son ingéniosité à la recherche des différentes conditions qui facilitaient ou empêchaient la propagation des maladies contagieuses. À un stade avancé de sa carrière, il a affirmé, contrairement à ce que Koch a dit, que le bacille du choléra n’était pas la “cause” pure et simple de cette maladie et, pour renforcer son argument – dit-on – il a bu dans un ballon contenant les bacilles sans en subir de graves conséquences. Son approche de la prévention est toujours restée essentiellement environnementale, même si, à sa manière, elle est efficace. Il a été la figure clé des améliorations impressionnantes apportées au service de santé publique à Munich.
Hormis une brève période à Würzburg, la carrière de Virchow se déroule à Berlin. Sur la base de son analyse des causes de l’épidémie de typhus en Haute-Silésie en 1848, il avait soutenu sans ambages (bien que toujours dans une position libérale) que seule une façon radicalement nouvelle d’organiser la vie sociale pouvait empêcher de tels événements, à savoir que l’éducation, la démocratie universelle, les coopératives de travail et la taxation progressive étaient nécessaires. Son radicalisme juvénile a diminué en partie avec l’âge, mais il n’a jamais abandonné son libéralisme de base ni son engagement en faveur de la réforme des soins de santé. En tant que membre du conseil municipal de Berlin et de la diète impériale, il a mis en pratique ses convictions sur la dimension politique de la santé (et de la médecine). Les systèmes d’approvisionnement en eau et d’évacuation des eaux de Berlin ont été soigneusement réorganisés sous sa surveillance attentive. À Hambourg, l’épidémie de choléra de 1892 a suscité des réformes similaires. L’unification de l’Allemagne a permis de centraliser le service de santé publique : en 1873, un bureau de santé de l’Empire a été créé, bien qu’il ait fallu plusieurs années pour qu’il fonctionne efficacement. L’année suivante, cependant, la vaccination obligatoire de la population civile a été introduite, suite aux excellents résultats obtenus dans l’armée prussienne par la vaccination contre la variole effectuée dans les années 1870-1871.
Aux États-Unis, en raison de l’expansion de leurs frontières et de la division du pouvoir politique entre le gouvernement fédéral, les gouvernements des États et les gouvernements locaux, le service de santé publique était plus fragmenté ; parmi les États les plus actifs figurent le Massachusetts et New York, tandis que la ville de New York a sa propre histoire en matière de services de santé. Le rapport classique de Lemuel Shattuck pour le Massachusetts, datant de 1850, a été rédigé selon l’ancien modèle statistique des soins de santé, bien qu’il repose sur une base plus large que le volume de 1842 de Chadwick. Shattuck a demandé la création d’un Conseil de la santé doté de larges pouvoirs en ce qui concerne les hôpitaux, les usines, les vaccinations, l’approvisionnement en eau et les pratiques funéraires. En réalité, il a fallu presque vingt ans de débats avant qu’un tel organe ne soit créé dans cet État, avec des pouvoirs plus étroits que vagues.
La guerre civile américaine a démontré de façon dramatique le rôle de la désintégration et de la pauvreté sociale dans la propagation des maladies épidémiques. Une fois la guerre terminée, alors que l’industrialisation battait son plein, la plupart des États ont commencé à créer des commissions de santé. L’action du gouvernement fédéral avait été principalement axée sur la quarantaine, conseillée à la fois par la peur et par la réalité de la fièvre jaune et du choléra. La résistance des gouvernements des États et des collectivités locales à l’ingérence fédérale s’est effondrée dans les années 1970, lorsqu’une épidémie de fièvre jaune a fait rage de la ville portuaire de la Nouvelle-Orléans à la vallée du Mississippi. Le National Board of Health qui a suivi a été de courte durée et n’a pas réussi, mais une autre institution existante, le Marine Hospital Service, a repris ses responsabilités en matière de quarantaine et, peu avant le début de la première guerre mondiale, a été transformé en United States Public Health Service. La bactériologie a fortement dynamisé le secteur, comme en témoigne la carrière de Charles Chapin, qui a d’abord travaillé à Providence (Rhode Island), puis, en tant que professeur de santé publique, à la Harvard School of Public Health. Son ouvrage, Municipal sanitation in the United States (1901), a dominé le domaine pendant plus d’une décennie mais, néanmoins, il a mis en garde les responsables de la santé publique contre une utilisation trop nonchalante des concepts bactériologiques.
La grande vague d’immigration, en particulier en provenance d’Europe de l’Est et d’Asie, qui s’est produite dans les décennies précédant la Première Guerre mondiale a suscité un intérêt pour les maladies “importées” et a conduit à un contrôle et un examen physique accrus des immigrants. La démonstration que la tuberculose pouvait être transmise par le lait prélevé sur des vaches atteintes de tuberculose a persuadé les troupeaux de se soumettre à des inspections et de pasteuriser le lait. Le cas de “Tiphoyd Mary”, une cuisinière irlandaise asymptomatique nommée Mary Mallon, qui a infecté un certain nombre de personnes avec le bacille du typhus, a mis en évidence le conflit potentiel entre la liberté individuelle et la santé de la communauté. Le fait que Mallon était pauvre, irlandais et sans famille a facilité la tâche des autorités de santé publique, qui ont classé l’affaire en plaçant la femme en état d’arrestation, mais n’ont pas résolu la question éthique. L’obligation de déclarer la maladie confrontait le médecin au dilemme de devoir choisir entre la responsabilité envers le patient et la responsabilité envers la communauté dans son ensemble.
Karl Marx a qualifié le pays de “meilleur”, celui qui a le taux le plus bas de maladie, de droit et de criminalité. L’évolution de la santé publique moderne montre que les maladies et les lois peuvent être liées les unes aux autres de manière inverse. Les maladies ont souvent été identifiées dans un contexte de relations humaines non réglementées, dans lequel les lois permissives se sont avérées inadéquates pour traiter des questions telles que le logement, l’eau courante, les eaux usées, la sophistication des aliments, la pollution, l’emploi, l’éducation et une multitude d’autres facteurs que les prestataires de soins de santé du XIXe siècle ont statistiquement corrélés avec la maladie et la mort prématurée. La disponibilité d’un vaccin ne suffit pas pour éradiquer la variole ; démontrer que le choléra est transmis par de l’eau contaminée ne produit pas d’eau propre ; indiquer que le surpeuplement et les logements insalubres peuvent tuer des gens n’a pas convaincu de nombreux propriétaires de rénover des appartements loués ou des employeurs d’augmenter les salaires de leurs travailleurs. Ce n’est que lorsque les lois ont commencé à acquérir ce que Simon a appelé “la nouvelle vertu du mode impératif” qu’un changement plus systématique, bien que progressif et non immédiat, a pu avoir lieu. À la fin du siècle, les taux de mortalité ont commencé à diminuer et il n’y a aucune raison de douter de l’efficacité de la contribution des services de santé publique. D’autre part, la corrélation la plus directe entre la maladie et la mort découverte par les enquêteurs au XIXe siècle est la pauvreté et la médecine, car cette institution sociale ne s’est jamais attaquée à la question fondamentale de l’inégalité économique.

Comment stopper un robinet qui goutte ?

 

robinet-plombier-a-paris

 

Pourquoi les robinets fuient-ils ?

Les robinets sont des éléments qui sont soumis à un flux d’eau continu et il est normal qu’ils se détériorent avec le temps.

L’une des formes les plus courantes de détérioration est le dégoulinant. Mais vous devez savoir comment réparer un robinet qui fuit, sinon vous risquez de subir des conséquences bien pires.

Si un robinet fuit tout au long de la journée, cela peut augmenter votre facture d’eau. À première vue, quelques simples gouttelettes ne semblent pas vous inquiéter, mais si vous les laissez longtemps, elles peuvent causer des pertes financières.

D’autre part, si, par exemple, votre robinet de cuisine ne cesse de goutter, cela signifie une érosion continue qui finira par abîmer votre robinet. Si vous voulez vous éviter d’avoir à acheter un nouveau robinet, vous devez savoir comment réparer un robinet qui fuit.

Les robinets peuvent souvent fuir ou présenter d’autres types d’anomalies qui se produisent de temps en temps. Pour savoir comment réparer un robinet qui fuit, vous devez d’abord savoir où et pourquoi il fuit. Un robinet qui goutte n’est pas la même chose qu’une fuite importante.

Types de robinets

Bien que tous les robinets aient une fonction similaire, les composants et l’assemblage varient selon le type de robinet. Nous vous présentons ci-dessous les types de robinets disponibles et leurs caractéristiques.

Si vous envisagez stopper un robinet qui goutte, contactez un plombier à Paris avant d’aller trop loin dans la planification.

Particuliers

Ces robinets sont caractérisés par une commande d’ouverture unique. Le principal inconvénient des robinets individuels, appelés robinets à eau unique, est qu’ils ne permettent d’obtenir qu’une seule température de l’eau : froide ou chaude.

Cela signifie que ces robinets sont tombés en désuétude, étant donné qu’il est courant de les trouver dans les jardins, les parcs ou les gymnases.

Monoblocs

Ces types de robinets sont également appelés robinets à piles. Ils sont, avec les robinets à levier unique, les plus courants dans les foyers, et on les trouve couramment comme robinets de salle de bains.

Dans ce type de robinets, on trouve deux commandes : l’une régule l’eau chaude et l’autre l’eau froide. La combinaison des deux commandes nous permet de régler l’eau à la température souhaitée, mais dans ce processus, nous gaspillons de l’eau, ce qui peut augmenter notre facture.

Contrôles à levier unique

Je suis sûr que vous avez un de ces robinets chez vous car ils sont très courants. Ils consistent en une commande unique que vous pouvez déplacer vers la gauche ou la droite pour contrôler la température de l’eau.

De plus, en tournant le bouton vers le haut ou vers le bas, vous pouvez régler la quantité d’eau qui sort du robinet. On pourrait dire que c’est le robinet de douche typique, bien qu’on le trouve dans la cuisine ou la salle de bains. Un robinet à levier unique qui goutte a une procédure différente de celle des autres robinets lorsqu’il s’agit de le réparer.

Mitigeurs thermostatiques

C’est l’option la plus avancée. Ce type de robinet possède deux commandes. Le premier vous permet de réguler la température en sélectionnant les degrés exacts auxquels vous souhaitez que la température de l’eau soit. Le second contrôle régule le débit de l’eau.

Comme nous l’avons vu, il existe différents types de robinets en fonction des contrôles qui les contrôlent. La prise en compte du type de robinet sera déterminante pour savoir comment réparer un robinet qui goutte.

Étapes pour réparer un robinet qui goutte

Que vous souhaitiez réparer un évier, un robinet de cuisine ou de jardin, si vous voulez savoir comment réparer un robinet qui fuit, il vous suffit de suivre les étapes ci-dessous.

1. fermer l’eau

Chaque fois que vous allez effectuer un travail de plomberie, vous devez fermer le robinet d’eau, sinon l’eau pourrait s’écouler de manière incontrôlée lorsque vous commencerez à démonter le robinet.

Pour fermer les robinets d’arrêt, vous devez chercher une poignée sur les tuyaux et la tourner. Une fois que vous avez fait cela, ouvrez le robinet pour vérifier qu’aucune eau ne sort. Si l’eau continue à sortir, cela signifie que vous avez fait le premier pas de travers.

2. Retirer le robinet

Comme nous l’avons vu, il existe différents types de robinets. Vous devez savoir de quel type est le vôtre afin de pouvoir réparer un robinet qui fuit et le démonter correctement, bien que la procédure soit assez similaire pour tous.

Vous devez retirer la garniture du robinet, soit manuellement, soit à l’aide d’un outil tel qu’un tournevis, une clé Allen ou une clé à molette, selon le type de robinet.

Ensuite, vous devez retirer (le corps ou la cartouche du robinet, selon qu’il s’agit d’un monobloc ou d’un levier unique). Pour ce faire, nous devrons nous aider d’une clé à molette ou d’une clé allen, selon le type de robinet.

À l’intérieur du corps du robinet, s’il est monobloc, nous trouverons un joint en caoutchouc, appelé “chaussure”, qui est généralement l’endroit où se situe le problème du robinet qui goutte. Si le robinet est monobloc, vous devrez changer toute la cartouche pour faire réparer votre robinet.

3. Rechercher le problème

Pour savoir comment réparer un robinet qui fuit, il faut connaître la cause de la fuite. Si vous avez atteint la troisième étape, cela signifie que votre robinet est déjà démonté.

Pour les contacts de certains plombiers à paris, je vous recommande aussi ces sites web : https://www.plombier-paris-express.com , https://parisplombier.paris, https://www.starofservice.com , https://www.plombier-paris.fr , https://www.pagesjaunes.frhttps://www.plombier-paris-artisans.fr,https://www.belmard-batiment.frhttp://plombier.tarif.pro .

Vous devez identifier le problème, qui est généralement lié aux joints toriques ou aux joints plats, qui sont un élastique placé entre les pièces.

Pour savoir comment réparer un robinet qui fuit, vous devez connaître les problèmes les plus courants :

Joint d’étanchéité cassé : le joint d’étanchéité est cassé et la seule option dont nous disposons est de le remplacer par un nouveau.
Détérioration de l’articulation : comme c’est un caoutchouc, l’articulation peut se donner et n’est plus valable, donc dans ce cas, il faudra aussi la remplacer par une nouvelle.
Saleté sur le joint : l’eau transporte des minéraux et d’autres substances qui peuvent s’accumuler à l’intérieur du robinet. Dans ce cas, nous devons nettoyer le sceau avec des produits spécifiques et le remplacer. Dans le cas des robinets à levier unique, la cartouche entière doit être remplacée.
comment réparer un robinet qui goutte

4. Remonter le robinet

Même si, à l’étape précédente, vous pensez avoir résolu votre problème de réparation d’un robinet qui fuit, la vérité est que les deux dernières étapes constituent le test final. Tout comme vous avez retiré les pièces de votre robinet, vous devez le remonter.

Souvent, la peur vient ici parce que lorsque vous le démontez, vous ne faites pas attention à la façon dont vous le faites et lorsque vous le remontez, vous ne vous en souvenez plus. Faites attention à ce que cela ne vous arrive pas !

5. Consultez le site

Au cours de cette dernière étape, vous saurez si tous vos travaux ont été utiles ou si vous devez faire appel à un plombier. N’oubliez pas de rallumer l’eau, sinon vous êtes sûr que le robinet ne fonctionne pas.

Une fois ouvert, vous devez vérifier que l’eau sort normalement, si c’est le cas, félicitations, vous savez comment réparer un robinet qui goutte !

Nous espérons que cet article vous a été utile en vous fournissant des étapes simples sur la manière de réparer un robinet qui fuit. Si vous pensez que la meilleure option est d’engager un service de plomberie, nous vous laissons ici notre contact pour que vous puissiez nous appeler.

Toilette de qualité et papier toilette

WC économique

Toilettes de qualité

La caractéristique des toilettes de qualité est d’avoir une puissance de chasse suffisante pour les déchets et le papier toilette. Un système de classification des performances de chasse d’eau classe les toilettes de faible à élevée en fonction de leur capacité à éliminer les déchets solides et à résister à l’obstruction. Recherchez ces notes sur l’emballage des produits et sur les affiches dans votre magasin. Des notes plus élevées signifient une meilleure élimination des déchets et une meilleure résistance à l’encrassement.

Voici quelques types de systèmes de chasse d’eau pour toilettes :

Toilettes à chasse d’eau unique

Les toilettes à chasse unique standard utilisent la force de gravité pour créer un siphon puissant lors de la chasse d’eau
Facile à réparer
Modèle le plus courant, souvent moins coûteux

Toilettes à double chasse

Les toilettes à double chasse ont des chasses d’eau séparées pour les déchets solides et liquides
Utilise une trappe de plus grand diamètre pour résister au colmatage
Nécessite moins d’eau pour une chasse d’eau efficace
Peut nécessiter un nettoyage plus fréquent

Toilettes à pression

Les toilettes à pression assistée ont un mécanisme spécial de chasse d’eau dans le réservoir qui crée un jet de siphon
Produit des chasses d’eau plus puissantes que les toilettes à gravité standard
L’action de rinçage est stimulée par la pression de l’air et est moins susceptible de se boucher
Un bon choix pour les familles car il utilise moins d’eau par chasse

Toilettes à assistance électrique

Les toilettes à commande électrique peuvent également être appelées toilettes à broyage ou toilettes à chasse d’eau à contre-courant
Idéal pour l’installation dans les nouvelles salles de bains situées dans les sous-sols
La pompe permet le rinçage par le bas de la conduite d’égout
La pompe de macération liquéfie les déchets pendant le rinçage afin de réduire l’encrassement et de favoriser l’écoulement dans les longues lignes de déchets
Certains modèles conçus pour les bateaux ou les véhicules récréatifs

Toilettes à économie d’eau
Une personne qui installe des toilettes.

Les toilettes représentent près de 30 % de la consommation d’eau intérieure d’un foyer moyen et des toilettes efficaces peuvent réduire les factures d’eau.

Utilisez notre outil de recherche de remises pour les services publics locaux afin de savoir si votre achat de toilettes écologiques à faible consommation d’eau vous donne droit à une remise de votre district local des eaux.

Conseil : les nouvelles technologies de chasse d’eau permettent d’économiser l’eau sans sacrifier la puissance de la chasse. Il est donc recommandé de remplacer toutes les toilettes installées avant 1994.

Toilettes avec technologie
Un siège de bidet électronique avec panneau de contrôle sur le côté.

Les progrès de la technologie céramique ont permis à certains fabricants d’utiliser des surfaces plus faciles à nettoyer, comme le vitrage antibactérien ultra lisse des cuvettes de toilettes, conçu pour repousser la saleté et inhiber la croissance des bactéries responsables des taches et des odeurs.

Les toilettes intelligentes peuvent ajouter des caractéristiques luxueuses à celles des bidets traditionnels. Souvent intégrés à un ensemble de sièges de toilettes, ces systèmes de nettoyage personnel peuvent offrir plusieurs réglages pour un nettoyage hygiénique à l’eau chaude, des sièges chauffants et des séchoirs à air, réduisant ainsi le besoin de papier toilette.

Installation des toilettes

Vous pouvez apprendre comment installer des toilettes. C’est un projet simple que la plupart des bricoleurs peuvent réaliser en quelques heures.

Une entreprise propose un service complet d’installation de toilettes professionnelles pour ceux qui veulent faire faire le travail pour eux.

Vous êtes prêt à trouver les fournitures dont vous avez besoin dans votre magasin local ? Utilisez une application pour localiser les produits et vérifier l’inventaire. Nous vous conduirons à l’allée et à la baie exactes. Vous en avez besoin aujourd’hui ? Nous vous livrerons selon votre horaire. Commandez avant midi pour bénéficier d’une livraison le jour même.

Le papier toilette

Un économiste a proposé une théorie de la thésaurisation du papier toilette

Les étagères vides des magasins sont l’un des signes les plus visibles de la panique qui entoure la pandémie de coronavirus qui progresse rapidement et peu d’étagères se vident aussi rapidement que celles qui contiennent généralement du papier toilette.

La course au papier toilette dans tout le pays a conduit certains magasins à limiter leurs achats, a entraîné des cas flagrants d’abus de prix et a inspiré un flot incessant de mèmes.

Mais pour tous ceux qui s’inquiètent de savoir où ils vont trouver leur prochaine dose de Charmin ou qui envisagent une expérience avec les bidets, un économiste explique sur son blog que les étagères vides de papier toilette ne sont pas un signe que nous sommes à court. Ce n’est pas non plus quelque chose que nous avons besoin qu’un psychologue clinique nous explique.

La raison pour laquelle les étagères de papier toilette sont vides, c’est qu’il s’agit généralement d’un produit dont le schéma d’achat est très prévisible. Les magasins ont généralement deux ou trois jours de stock. Les clients achètent généralement du papier hygiénique toutes les deux semaines environ, en achetant suffisamment pour être approvisionnés jusqu’à leur prochain passage au magasin à grande surface.

Mais l’épidémie de COVID-19 et les appels à la distanciation sociale qui ont suivi ont mis fin à ce flux constant d’achats et de réapprovisionnement. Les gens ont commencé à acheter plus de papier toilette, un “stock tampon” comme l’appelle Luke, après qu’on leur ait dit de se préparer à passer plus de temps à la maison. Cela a entraîné un “choc temporaire pour une chaîne d’approvisionnement stable”.

L’achat d’un stock tampon n’est qu’une augmentation temporaire de la demande. Une fois que vous avez votre stock tampon, vous recommencez à en acheter juste assez pour répondre à l’utilisation, en maintenant le stock tampon en place. Vous pensez peut-être que le fait que les ménages ajoutent un stock tampon ne devrait pas être un problème, mais c’est le cas, car c’est à cette vitesse que le stock tampon se renouvelle.

Les craintes de continuer à accumuler du papier toilette ne sont pas fondées, écrit Luke, en raison des limites physiques liées à la détention de centaines de rouleaux d’Angel. Le papier toilette, comme le savent tous ceux qui ont acheté un paquet de 30 rouleaux de Signature à deux épaisseurs, prend beaucoup de place. De plus, une fois que le tirage actuel sera terminé et que les rayons seront à nouveau bien garnis, les stocks de papier toilette accumulés auront peu de valeur.
Et donc, personne ne devrait s’inquiéter du rebondissement de l’offre de papier toilette et les gens ne devraient certainement pas avoir recours à l’essuyage avec d’autres produits en papier non jetables. À moins qu’ils ne veuillent donner un coup de pouce économique aux plombiers.

 

Meilleur plombier Paris

Je vous conseille de consulter ces différents sites ci-contre pour en savoir plus : https://www.plombier-paris.fr, https://parisplombier.paris, https://www.plombier-paris-express.com, https://plombier360.fr, https://www.pagesjaunes.fr , https://plombier-paris-banlieue.com

Scroll To Top