Ma France je t'aime

Ce que vous devez savoir sur la spondylarthrose

Si vous êtes préoccupé par les symptômes de la spondylarthrose, vous êtes au bon endroit. Lisez la suite pour en savoir plus sur les causes, les options de traitement et l’importance des examens IRM. Cette affection affecte les facettes articulaires de la colonne vertébrale et est très douloureuse. Bien que les examens IRM ne soient pas fiables à 100 %, ils peuvent fournir des informations précieuses sur la condition. Avoir une IRM peut aider votre médecin à déterminer la gravité de l’état et à recommander un traitement.

Les symptômes

La spondylarthrose est un trouble du système squelettique caractérisé par une déchirure, une dégénérescence et des douleurs dans les articulations de la colonne lombaire et de la colonne sacrée. La plupart des cas sont associés à des douleurs chroniques dans le bas du dos. D’autres symptômes comprennent une raideur matinale douloureuse et des difficultés avec des mouvements simples. De plus, les personnes souffrant de cette maladie peuvent avoir des maux de tête fréquents. Cependant, les symptômes ne sont pas aussi évidents que dans le cas de la spondylarthrose cervicale ou lombaire.

Causes

La spondylarthrose est une maladie dégénérative des articulations de la colonne vertébrale. Les symptômes de la spondylarthrose comprennent une gêne lors du mouvement du cou ou de la rotation de la tête. De nombreuses causes de spondylarthrose peuvent être liées au mode de vie, notamment un manque d’activité physique, une mauvaise alimentation et une blessure à la colonne vertébrale. Les premiers symptômes peuvent être difficiles à distinguer d’une radiographie, il est donc important de comprendre comment détecter la maladie le plus tôt possible.

Traitement

Plusieurs types de traitements de spondylarthrose sont disponible. Outre la chirurgie, les médicaments anti-inflammatoires, les cours de massage et la gymnastique thérapeutique sont recommandés pour les patients qui subissent des exacerbations à court terme. Les anti-inflammatoires soulagent la douleur et augmentent la circulation, tandis que le massage peut soulager les spasmes. Pour les cas plus graves, la stabilisation de la colonne vertébrale peut être une option. Cette procédure implique le déplacement ou la compression de structures ou de processus nerveux dans la colonne vertébrale, qui peuvent être à l’origine de troubles dynamiques.

Lire aussi : https://www.caducee.net/DossierSpecialises/rhumatologie/spondylarthrite-ankylosante.asp

IRM

L’IRM des spondylarthroses permet de détecter les lésions romaines précoces et tardives. Sur les images IRM pondérées en T1, ces lésions sont représentées par une diminution de l’intensité du signal dans le bord de la plaque d’extrémité. Ces lésions sont le signe d’un œdème médullaire et d’une ostéite et sont classées en deux types : spondylarthrose antérieure et postérieure.

Tomodensitométrie

Les causes les plus fréquentes de spondylarthrose sont les affections inflammatoires du système musculo-squelettique. Le diagnostic de la spondylarthrite peut parfois être difficile, et un scanner peut aider à identifier la maladie à un stade précoce. Un scanner peut également être utilisé pour aider à distinguer la spondylodiskite et la spondylose dégénérative.

Pour en savoir plus aussi, regarder cette vidéo :

Thérapie anti-inflammatoire

Les spondylarthropathies sont un groupe de maladies auto-immunes, affectant presque également les hommes et les femmes. Son incidence est similaire à celle de la polyarthrite rhumatoïde, mais les hommes ont tendance à être plus jeunes au moment du diagnostic. Les spondylarthropathies sont caractérisées par une réponse inflammatoire systémique, par opposition à des modifications locales des tissus affectés. L’inflammation persistante entraîne un remodelage osseux déséquilibré et une perte osseuse axiale.

Scroll To Top