Ma France je t'aime

Albertini Salomon, le médecin esthétique de la renaissance

 

medecin esthetique

La Renaissance a donc entraîné une véritable révolution libératrice dans l’histoire de la médecine et des médecins. Mais beaucoup d’efforts méritoires sont demeurés vains et sans effets pratiques. La plupart des faits observés et des théories émises durent être redécouverts par la suite. Le travail accompli demeura pour une grande part sans lendemain. Trop prompte, la pensée de l’homme avait outrepassé les possibilités techniques de l’heure.

Ainsi, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe, les grandes professions de médecins, chirurgiens, apothicaires, sont individualisées et s’organisent à un niveau universitaire au plan européen. La rationalité et la démarche scientifique et humaniste s’installent alors dans ces métiers et ouvrent le chemin de la médecine moderne.

Dans cette revue, nous donnons un compte-rendu historique complet de la découverte des valves veineuses, remettant en question la reconnaissance de Fabricius ab Aquapendente comme leur découvreur. Nous voulons décrire l’importance que les travaux des enquêteurs précédents ont joué dans la compréhension de la circulation sanguine par William Harvey. Cela a marqué un changement radical dans la compréhension du corps humain, de son anatomie, de sa physiologie, de sa pathologie et du traitement des troubles. Elle nous a conduit à l’ère de la médecine moderne, loin de l’influence de la médecine galénique. Le premier médecin, on pourrait lui prétendre le titre de médecin esthétique aussi, Salomon Albertini il est allé à Dresde et y est mort le 29 mars 1600.

Le médecin parisien Charles Estienne a mentionné pour la première fois les valves veineuses en 1539 dans son célèbre livre De Dissectione Partium Corporis Humani Libri Tres , qui n’a été publié qu’en 1545.

Il y décrit les apophyses membranaires des veines hépatiques. On peut les considérer comme des valves veineuses. En 1751, Albrecht von Haller a appelé Estienne l’auctor primus valvularum, le premier à avoir nommé les valves veineuses. Cependant, Estienne a fait un choix malheureux en cherchant des valves veineuses dans le foie. Comme nous le savons maintenant, ce n’est pas un lieu commun pour les trouver. Il était également loin de comprendre sa fonction lorsqu’il a dit que ces apophyses membranaires empêchent le sang qui s’est construit dans le foie de circuler. En même temps, les valves veineuses ont fait l’objet de discussions passionnées en Italie.

Plusieurs anatomistes, dont Morgagni, Capparoni et Streeter, ont attribué la découverte des valves veineuses à Giovanni Battista Canano (1515-1579). Il était l’élève du médecin portugais Amatus Lusitanus (1511-1568), qui était professeur d’anatomie à l’université de Ferrera de 1542 à 1548.27 Canano n’a jamais publié d’article sur aucune de ses découvertes, mais trois commentateurs fiables ont déclaré que c’était Canano qui avait attiré l’attention du public sur les valves veineuses.

Le premier commentateur était Amatus Lusitanus, qui a décrit la démonstration des valves veineuses chez 12 cadavres d’animaux et d’humains dans l’auditorium de l’université de Ferrera. Ces dissections ont été suivies par un large public et ont été principalement réalisées par Canano. L’historien espagnol Garcia del Real a voulu attribuer à Lusitanus la découverte des valves veineuses (1921)3, mais Lusitanus a clairement indiqué dans son Curationem Medicinalium Centuria Prima , publié en 1551, que c’est Canano qui a trouvé les valves dans l’orifice de la veine azygos dans la veine cave .

Comme Estienne, Canano a fait un choix malheureux dans le domaine anatomique de ses recherches. Les anatomistes modernes affirment que la veine azygos possède peu de valvules et qu’elles sont souvent imparfaites. C’est peut-être la raison pour laquelle de nombreux anatomistes de la Renaissance n’ont pas pu reproduire les découvertes de Canano et de Lusitano. Ce dernier est devenu l’objet d’un ridicule sévère, et la recherche sur les valves veineuses a été abandonnée pendant plusieurs années.

Le second commentateur était Gabrielle Falloppio (1523-1562), professeur d’anatomie à l’université de Padoue.Dans ses Observations Anatomii , publiées en 1561, il a fermement démenti le rapport d’Amatus Lusitanus sur les découvertes de Canano concernant les valves veineuses et a déclaré qu’il était tout à fait impossible que Canano ait jamais fait une telle déclaration, car, selon lui, elles n’existaient tout simplement pas.

Le troisième commentateur était le Flamand Andreas Vesalius (1514-1564), le plus grand anatomiste de l’époque. Vesalius rencontra Canano à Ratisbonne au milieu de l’été 1546, lorsqu’ils furent tous deux appelés à consulter le malade Lord Francesco d’Este. Canano fit part de ses découvertes sur les valves veineuses à Vesalius, qui n’était pas d’accord avec lui. Il considérait les membranes de Canano comme des épaississements de la paroi veineuse que l’on trouve à l’entrée des branches de veine dans la veine cave. Après la communication verbale avec Canano en 1546, Vesalius fut poussé peu de temps après à examiner, par dissection, si la question était effectivement vraie. Après le rapport d’Amatus en 1551, il continua et ajouta ce qu’il pensait devoir être déterminé concernant ces valves,1 mais il ne confirma jamais leur existence. Comme nous l’avons déjà mentionné, la raison en est peut-être le fait que tout l’accent a été mis sur le foie et les veines azygos, des zones qui ont généralement peu de valvules veineuses.

La plupart des chercheurs modernes ont compris que pour s’approcher encore plus de ces idéaux, ils doivent former des équipes d’experts qui s’efforcent ensemble de répondre à la demande toujours croissante de perfection. Il n’est pas facile de reconnaître nos insuffisances, mais nous devons être prêts à apprendre les uns des autres. Lors de la dernière réunion du comité de rédaction de notre revue, on nous a présenté une liste des articles les plus cités au cours des dix dernières années ; la première place continue d’être occupée par l’article de Bland et Altman décrivant les différents pièges dans l’analyse et la présentation des mesures d’études. Cela nous a incités à examiner les articles publiés dans notre Journal, en prenant ceux publiés en 2006 comme représentatifs, pour voir à quel point nous sommes proches de l’objectif de présenter des analyses appropriées de manière claire et concise.

Notre analyse initiale était basée sur l’algorithme de classification des types de recherche clinique. Cependant, nous avons été déçus de ne pas pouvoir classer un grand nombre d’articles. Comme la plupart des recherches publiées dans notre revue portent sur l’évaluation des ultrasons comme test de diagnostic, nous avons alors décidé d’essayer un autre moyen de classification. Les difficultés que nous avons rencontrées en essayant de déterminer les méthodes utilisées nous ont incités à fournir aux chercheurs et aux futurs auteurs d’articles dans notre Journal des lignes directrices et des principes d’analyse de base pour aborder les propriétés diagnostiques des ultrasons en obstétrique et en gynécologie.

Comment décrire au mieux les mesures ?

Notre fascination pour les mesures remonte à des siècles. Descartes déclarait au 17e siècle que si quelque chose existe, il existe dans une certaine mesure ; si elle existe dans une certaine mesure, alors elle est capable d’être mesurée. Deux siècles plus tard, Lord Kelvin a été plus fort : Lorsque vous pouvez mesurer ce dont vous parlez et l’exprimer en chiffres, vous en savez quelque chose ; lorsque vous ne pouvez pas le mesurer, lorsque vous ne pouvez pas l’exprimer en chiffres, vos connaissances sont maigres et insatisfaisantes ; c’est peut-être le début de la connaissance, mais vous avez à peine, dans vos pensées, progressé jusqu’au stade de la science. Il n’est donc guère surprenant que de nombreux articles publiés dans notre revue en 2006 aient porté principalement sur les mesures.

Scroll To Top