Ma France je t'aime

Histoire de la médecine

médecine

Les premiers témoignages du Moyen Âge

En tant que faculté de médecine, c’était un membre fondateur, et une autorité universellement reconnue en matière de santé depuis le Moyen Âge. Des dossiers de la faculté datant de 1399 existent encore aujourd’hui et ils documentent le fait qu’elle était appelée à servir de médiateur dans des litiges entre barbiers-chirurgiens, sages-femmes et propriétaires régionaux. Dans ce qui est aujourd’hui la Haute et la Basse-Autriche et dans certaines parties de la Bavière, seuls les médecins agréés par la faculté de médecine de Vienne étaient autorisés à exercer.

La faculté de médecine dans la capitale impériale
La faculté a acquis une renommée internationale au 18e siècle, lorsque le Néerlandais Gerard van Swieten a été convoqué à Vienne par la souveraine des Habsbourg, Marie-Thérèse. Il a jeté les bases de la première école de médecine de Vienne. Dès lors, des sommités médicales ont enseigné et effectué leurs recherches dans la capitale impériale et ont élevé ce que nous appelons aujourd’hui l’enseignement au chevet du patient au rang de méthode de formation paradigmatique.

Le berceau de la médecine spécialisée
Avec l’ouverture de l’hôpital général en 1784, les médecins ont reçu un nouveau domaine, qui est devenu de plus en plus le centre de recherche le plus important. Au cours du 19e siècle, la deuxième école de médecine de Vienne a vu le jour. Médecins et étudiants se sont battus avec succès pour le principe de la liberté d’enseignement et d’apprentissage. La science médicale de base s’est développée et la spécialisation a progressé. En outre, les premières cliniques de dermatologie, d’ophtalmologie et d’oto-rhino-laryngologie du monde ont été fondées à Vienne ! En 1897, le docteur Gabriele est la première femme à recevoir un doctorat à l’université de Vienne. En 1900, les premières femmes sont admises à l’étude de la médecine.

Une médecine de pointe au 20e siècle
Au début du 20e siècle, la médecine viennoise est l’une des meilleures au monde. Clemens von Pirquet a défini les concepts d'”allergie” et de “maladie sérique”, Ernst Peter Pick a mené des expériences importantes sur la spécificité chimique des réactions immunologiques, et la clinique universitaire de médecine dentaire a atteint son apogée dans les années 1920. Les quatre prix Nobel qui ont été décernés à des (anciens) médecins viennois au cours des décennies suivantes étaient tous basés sur des recherches fondamentales de cette période. L’excellente tradition médicale et la recherche se sont prolongées jusque dans la Première République.

Le grand tournant de 1938
L’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nationale-socialiste le 13 mars 1938 marque le début de la phase la plus sombre de la médecine viennoise. Plus de la moitié des professeurs de médecine de l’université, principalement ceux d’origine juive, sont licenciés. De nombreux chercheurs, médecins et étudiants de renom ont été contraints d’émigrer ou sont morts dans des camps de concentration ou dans d’autres circonstances tragiques. Les victimes du national-socialisme resteront à jamais dans les mémoires, notamment grâce au mémorial situé sur le campus de l’université de médecine de Vienne.

1945 : Reconstruction de la société et de la médecine
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la difficile reconstruction de la médecine viennoise a commencé. La gloire passée s’était considérablement estompée. En outre, 75 % de tous les professeurs de médecine de l’université ont dû être licenciés en raison de leur implication modérée à forte dans le régime national-socialiste. Ils sont progressivement remplacés par une génération nouvellement formée. Cette double rupture dans la médecine viennoise, survenue en quelques années seulement, a eu des répercussions qui ont duré des décennies.

1994 : Le nouvel hôpital général de Vienne
L’ouverture officielle du nouvel hôpital général de Vienne en 1994 a donné un nouvel élan. En 1996, tous les départements universitaires avaient été regroupés et agrandis sur le site de l’hôpital général. Ainsi, les meilleurs médecins de Vienne sont regroupés dans un seul hôpital universitaire ultramoderne, offrant un cadre idéal pour la recherche clinique.

2004 : Un nouveau départ avec les premiers grands succès
En 2004, notre université a été créée en tant qu’université indépendante, distincte de l’université de Vienne. À l’occasion de son 10e anniversaire en 2014, elle est montée en grade et a fait partie pour la première fois du Top 50 des meilleures facultés de médecine du monde, c’est-à-dire du rang 14 en Europe et du rang 3 dans l’espace germanophone.

Aujourd’hui : La triple filière comme facteur de réussite

Aujourd’hui, notre université est considérée comme l’une des meilleures universités de médecine au monde, dont les chercheurs publient dans les meilleures revues et sont engagés dans d’excellentes recherches. L’importance égale accordée à la recherche, à l’enseignement et aux soins aux patients, ainsi que l’exploitation du plus grand hôpital d’Europe, font de notre université un établissement unique en son genre – ces points forts seront encore renforcés à l’avenir grâce au projet “Médecine universitaire 2020”.

Les collections de l’université de médecine sur l’histoire de la médecine sont uniques en Europe. Elles représentent les 650 ans de cette institution et son patrimoine culturel. L’ensemble du patrimoine culturel de l’université de médecine compte parmi les plus grandes collections du monde et se compose de nombreux domaines différents – par exemple l’architecture, le matériel pédagogique, les instruments, les manuscrits, la littérature, les archives et les images.

 

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9decine pour en savoir plus !

Scroll To Top